Les Ardentes Le festival liégeois ne regrette pas sa mue, il attire en masse les 16-25 ans et s’ouvre ce jeudi soir.

Les ventes se portent bien, se réjouit Fabrice Lamproye, mieux que l’année passée, qui avait déjà enregistré un taux de fréquentation record." Le co-organisateur des Ardentes a des raisons d’être enthousiaste, l’année 2019 avait plutôt mal commencé.

Totalement recentré sur le rap et les musiques urbaines depuis 2018, le festival liégeois voyait débarquer il y a quelques mois un concurrent frontal, ambitieux et déloyal : le tristement célèbre VestiVille. "Nous avons subi, comme beaucoup, l’arrivée de ce nouveau venu sorti de nulle part, poursuit Fabrice Lamproye. Je n’ai rien contre les nouvelles initiatives, mais les organisateurs de cet événement venu d’Amsterdam avec une mauvaise réputation ont totalement déstabilisé le marché en offrant des cachets largement supérieurs aux prix en vigueur pour décrocher certains artistes."