Bombino, un nouveau chanteur de charme, en provenance directe de Sicile ? Que nenni ! Même si la pochette du CD fait davantage que le suggérer. Sur un fond jaune moutarde, le fameux Bombino chevauche une moto vintage, guitare en bandoulière, keffieh au vent. Voici pourtant un indice. Car derrière Bombino se cache Omara Moctar, guitariste touareg d’une trentaine d’années qui vient de sortir son 4e album, "Nomad", où ses chants plaintifs en tamasheq sont enrobés de riffs de guitare qui engendrent la transe.

Jusqu’en 2009, Bombino était peu connu en dehors de l’Afrique saharienne. Originaire d’Agadez au Niger, il jouait dans des groupes locaux et sa musique était diffusée sur des cassettes - plus résistantes au sable que les CD ! Si les Inrocks l’ont découvert en 2004 grâce à "Agamgam", premier album officiel sorti sur le label français Reaktion, c’est avec l’aide de réalisateurs de documentaires espagnol puis américain que sa reconnaissance va croître. En 2009, donc, sort "Guitars from Agadez" suivi, deux ans plus tard, de "Agadez".

Nombreux sont ceux qui sont tombés sous le charme de la musique de Omara Moctar. Le dernier en date n’est rien moins que Dan Auerbach, chanteur et guitariste des Black Keys et récent Grammy du meilleur producteur. "Nomad" a été enregistré dans son studio Easy Eye Sound à Nashville. Où Omara Moctar et ses trois musiciens se sont déplacés. "On avait envie que notre album soit travaillé et produit" raconte en français un artiste que l’on sent par ailleurs discret et timide. "On n’avait ni les moyens ni le matériel au Niger" continue-t-il. "Un pays où vous ne trouvez même pas une boutique pour acheter tout simplement des cordes de guitare." Etonnant quand on sait l’importance de la musique chez les Touaregs, même si la guitare ne s’est vraiment implantée que dans les années 80. "En effet, nous jouions de l’inzad (qu’on appelle ici violon) et du tende (sorte de tam tam). La femme est la seule à pouvoir jouer l’inzad pendant que l’homme chante. Cela prend place après la dernière prière juste avant d’aller se coucher. Et puis, on joue aussi pendant les cérémonies (mariage, baptême,…)"

La suite de l'article sur le blog Let it Sound.