Bonnie Pointer, l'une des quatre soeurs fondatrices du groupe de pop et rythm and blues américain Pointer Sisters, est décédée à l'âge de 69 ans, a indiqué la formation sur son site internet. Les quatre soeurs - Bonnie, Anita, Ruth et June - ont commencé à chanter dans l'église de leur père à Oakland, en Californie, avant de connaître la gloire dans les années 1970.

Cofondatrice avec sa sœur June des Pointers, a Pair en 1969, qui deviendront les Pointer Sisters avec les arrivées d’Anita et de Ruth, également de la même fratrie, Bonnie Pointer s’est éteinte à l’âge de 69 ans, victime d’un arrêt cardiaque. L’annonce de sa disparition a été faite via le site Internet de l’ensemble vocal aux trois Grammy Awards. “C’est avec beaucoup de tristesse que je dois annoncer aux fans des Pointer Sisters que ma sœur Bonnie est morte ce matin, a fait savoir Anita Pointer. Notre famille est dévastée par cette nouvelle. Bonnie était ma meilleure amie. Nous nous parlions tous les jours. Nous ne nous sommes jamais disputés de notre vie. Elle me manque déjà.”

Ensemble, les Pointer Sisters ont classé 13 titres dans le top 20 américain entre 1973 et 1985. Leur quatuor, rapidement devenu un trio, a signé quelques tubes inoubliables comme “I’m So Excited”, “Automatic”, “Jump (For My Love)”, s’imposant pendant une décennie comme une figure emblématique de la musique nord-américaine au répertoire particulièrement varié. Celui-ci s’étend en effet de la pop au disco en passant par le funk, le jazz, la country, la soul, le rythm’n’blues, le rock et même la musique électronique.


Bonnie Pointer n’a cependant pas été de la partie pendant les années les plus marquantes de l’ensemble qu’elle a co-fondé. Si elle a coécrit avec sa sœur Anita le titre “Fairytale” qui a permis aux Pointer Sisters de remporter en 1975, le premier de leurs trois Grammy Awards, elle a assez vite décidé de voler de ses propres ailes.


Dès 1978, elle a entamé une carrière solo qui a démarré sur des chapeaux de roues avec le succès de la reprise “Heaven Must Have Sent You” qu’elle signe pour le mythique label Motown. La suite sera moins glorieuse. Après une autre reprise, celle de “I Can’t Help Myself (Sugar Pie Honey Bunch) des Four Tops, qui sera également bien classée dans la catégorie disco, Bonnie Pointer entre en procès avec sa maison de disques. Par après, elle s’est faite nettement plus discrète, signant notamment une contribution pour la bande originale du film Heavenly Bodies avec "The Beast In Me".