Bruxelles fête la «house culture»

Musique & Festivals

P.D.G.

Publié le

Bruxelles fête la «house culture»
© D.R.

La Fête de la musique doit reserrer ses liens avec la jeunesse et, c'est de notoriété internationale, la jeunesse belge aime la musique électronique. C'est en partant de ce constat que Georges Dumortier a contacté Jean-Pierre Meels, ex-gérant du Mirano, pour mettre sur pied une soirée «Belgo Tronique». Avec l'aide de Nicolas Demkine, «mon encyclopédie de la musique électronique de 1870 à nos jours», il s'est alors attelé à la confection d'une affiche de qualité. Et a plutôt bien réussi son coup.

En effet, pionniers de la «club culture», DJ's belges de renommée internationale et sensations du moment se retrouvent côte à côte pour faire bouger la place des Palais le vendredi 18 juin de 14 à 1h. Petite revue des troupes.

Les plus connus pour débuter: Geoffroy (la série de compils «Moving house» et les soirées «Food», toutes deux de renommée internationale) et Olivier Gosseries (ex- Mirano, ex-Who's who's et l'émission «Noise in Fun» sur Fun Radio) sont des habitués des festivals. Le premier joue d'ailleurs à 19h. Parce qu'il est attendu à 3h à Barcelone pour un set durant le festival Sonar.

Avant leur passage, c'est une légende de la scène électronique belge qui jouera à 16h en la personne de Yves Ezone. DJ depuis 1976, et, prestige parmi les prestiges, premier DJ belge à décrocher une résidence à Ibiza, aux platines d'un des clubs les plus réputés de l'île, «El Divino».

OISEAUX DE NUIT

A 21h, Marko, associé à l'image de la Rocca mais qui a également roulé sa bosse à Amsterdam, Paris et... Ibiza, devrait amorcer un crescendo qui culminera à minuit avec l'arrivée d'Isabel. Fille du jazzman Philip Catherine, son éducation musicale très éclectique, lui permet de construire des sets très personnels et très demandés. Quelques résidences (Café d'Anvers notamment) et de nombreuses participations à des soirées indépendantes ou des festivals lui ont assuré la fidélité d'une partie du public.

De ce côté-là, donc, pas de problèmes, les platines sont en de bonnes mains. Reste à voir si le public bruxello-wallon, sans doute moins pointu en la matière que les Flamands, répondra présent alors que l'horaire est plutôt inhabituel puisque tout devrait se terminer vers 1h du matin, soit l'heure à laquelle les oiseaux de nuit sont habitués à commencer la fête. L'initiative méritait en tout cas d'être saluée.

© La Libre Belgique 2004

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous