BSF : Noa Moon et Renan Luce : des mélodies qui collent à l'oreille

Au Brussels Summer Festival, on a pu se réchauffer, vendredi soir, à l'écoute des compositions ensoleillées de la jeune Belge Noa Moon. Et avant d'aller dormir, se laisser emporter par les histoires du Français Renan Luce.

Marie-Anne Georges
BSF : Noa Moon et Renan Luce : des mélodies qui collent à l'oreille
©BELGA

Au Brussels Summer Festival, on a pu se réchauffer, vendredi soir, à l'écoute des compositions ensoleillées de la jeune Belge Noa Moon. Et avant d'aller dormir, se laisser emporter par les histoires du Français Renan Luce.

Entre certains des 20000 heureux détenteurs du pass (50 €/10 jours), subsiste un petit rituel. Toutes les fins d'après-midi est envoyé un texto: « BSF? » Et la plupart de se donner rendez-vous, dans la foulée, sur le lieu du crime... musical. Le Brussels Summer possède un côté familial où tous les membres se retrouvent, même si l'affiche musical du jour ne correspond pas vraiment à leur inclination.

Vendredi soir, au Mont des Arts, Noa Moon et Renan Luce partagent la scène. Ils sont précédés par les Bretons de Merzhin qui viennent de sortir leur 6e galette, « Des heures à la seconde ». Ceux qui sont dans la place depuis 1996, déjà, offrent un rock énergique, engagé, à l'image de leur dernier morceau, « Les indignés », dédié à toutes les associations qui forgent le tissu social.

Toujours en début de soirée, au Magic Mirrors, Coffee or Not, emmené par les Bruxellois Soho Grant et Renaud Versteegen, distille leur electropop atmosphérique avec force guitares, synthés, percus et... la voix souple, harmonieuse et mélodieuse de Soho. Ils sont venus présenter leur 3e album, « SoRe » sorti en mars dernier (LLC 12/3/2014). Surtout, ne pas se fier aux apparences, cet electropop a du ressort et se révèle, parfois, plus charpenté qu'il n'y paraît. On croise dans le public un poil trop clairsemé, Noa Moon que l'on va retrouver, d'ici une bonne heure, de l'autre côté de la barrière.

Dès qu'elle arrive sur scène, Manon de Carvalho Coomans de son vrai nom annonce la couleur: elle et son groupe sont chauds bouillants pour faire la fête. Mercredi soir, les Liégeois de Kennedy's Bridge étaient chaud patate eux. « Et en plus, il ne pleut pas. C'est pas beau ça? » En effet! Un peu frisquet certes, mais il y a assez de bars à cocktails aux alentours pour se réconforter. Et pour ceux qui n'aimeraient pas le rhum, ils pourront toujours se réchauffer à l'écoute des compositions ensoleillées de la donzelle chantées dans un anglais parfois trop appliqué. Catherine de Biasio et Aurélie Muller viendront renforcer, au trombone et à la clarinette, un accompagnement jusque-là exclusivement masculin.

Au fur et à mesure de son concert, on se rend compte que Noa Moon est l'auteur de quelques attachantes ritournelles. Ce n'est sans doute pas pour rien que Patrick Bruel l'a choisie pour assurer la première partie de ses concerts. La Belge sera aussi, aux côtés de Saule et Suarez, au programme des Francofolies de Kinshasa qui se tiendront pour la première fois dans la capitale de la République démocratique du Congo du 8 au 14 septembre. Mais nous en reparlerons.

Des mélodies qui restent dans l'oreille, Renan Luce en possède aussi pas mal dans sa guitare. « Les voisines », « La fille de la bande », « La lettre » seront autant de chansons reprises en choeur par le public. A côté de celles-là, il y en a de moins évidentes que la très bonne acoustique du Mont des Arts (bien meilleur que celle de la place des Palais) permet d'apprécier à leur juste valeur. On pense à « Repenti » qui raconte l'histoire d'un vieux maffioso reconverti. Des histoires, Renan Luce en relate beaucoup. Souvent loin des sujets rabâchés. Et quand bien même ils seraient communs, le chanteur français de 34 ans a l'art d'agencer les mots. En voilà un qui est plus convaincant sur scène que sur disque, entouré de musiciens à l'irrésistible swing. Quand ce n'est pas, autre constance instrumentale entendue au BSF, cette tonalité d'orgue vintage, que l'on a retrouvé pas mal chez Deportivo, un peu chez Noa Moon et en bonnes quantités chez celui qui vient de sortir son 3e album, « D'une tonne à un tout petit poids »..