La Urban Night a ouvert la Place des Palais pour le BSF

Mercredi soir, c'est le premier soir de la Place des Palais. Cette année, le BSF a fait le pari de commencer en douceur avec deux scènes, le Mont des Arts et la nouvelle salle de la Madeleine.

La Urban Night a ouvert la Place des Palais pour le BSF
©BELGA
Marie-Anne Georges

Mercredi soir, c'est le premier soir de la Place des Palais. Cette année, le BSF a fait le pari de commencer en douceur avec deux scènes, le Mont des Arts et la nouvelle salle de la Madeleine. Les organisateurs sont contents – ils citent 33000 festivaliers depuis le début du festival vendredi. La plus grosse affluence, on l'a sentie surtout vendredi et samedi au Monts des Arts (Charlie Winston et Moriarty). Et aussi, bien sûr, dimanche, lundi et mardi, à la Madeleine 800 places), qui refusait du monde (Nicola Testa-Soldout, Benjamin Clementine et Vincent Liben-Daan). Sinon, on avoue que, parfois, l'ambiance est quelque peu morose. Mardi et mercredi soirs, Intergalactic Lovers et Jali se sont produits devant un public honorable, on va dire, histoire de ne pas fâcher. Il y a deux maîtres étalons, qui valent, ce qu'ils valent, pour jauger de l'encombrement: la file aux bars et les places disponibles sur les escaliers du Mont des Arts. Ces derniers jours, on ne s'y bousculait pas. Pourtant le soleil est revenu mercredi et les marchands ambulants, situés en dehors de la zone payante, affichent de nouveau le sourire. A leurs aubettes, on fait la file. On vient aussi place royale, juste pour l'ambiance, boire un verre ou manger un bout.

Mercredi, donc, la soirée est estampillée Urban Night, dans un premier temps hors pass 10 days, mais qui, dès lundi le réintégrait, sous réserve bien sûr des places disponibles, était-il spécifié. « Bruxelles, vous êtes toujours là avec ce beau soleil ? » harangue Disiz. Oui, Bruxelles est là, mais ça ne déborde pas dans les travées, on va dire. L'ambiance, elle, est là, aussi. Après Couleur Café, Les Ardentes, Les Francofolies et avant la Fête des Solidarités (le 29 août), « Big Flo&Oli » ouvre les festivités dès 18h. Le public, largement familial, est ravi. Il continuera de l'être avec Black M quand la nuit commence à tomber et que le lightshow en jette. Rappeur français d'origine guinéenne, Black M a eu une première vie rap au sein de Sexion d'Assaut. L'année dernière, il sortait un album solo, « Les yeux plus gros que le monde ». Depuis, son tube « Sur ma route » est écouté en boucle sur les lecteurs mp3. Il ne manquera d'ailleurs pas de l'interpréter, relevant de quelques degrés, s'il le fallait, l'atmosphère de la place des Palais. Un album, ce n'est guère suffisant pour assurer tout un concert, il met alors à contribution les membres de son label Wati-B, qui viennent danser, chanter et jouer les ambianceurs usant de « Faites du bruit » et autre hymne de stade, on veut dire le fameux « Seven Nation Army » des White Stripes.

Mercredi, c'est aussi le jour que Gérald Genty a choisi pour tenter de battre le record du monde du nombre de concerts exécutés en 12 heures. Vers 22h au Mont des Arts, on se demande dans un premier temps « mais qui c'est celui-là? » Il n'y était en effet pas programmé. Une petite parenthèse pirate. Le gaillard a réussi son pari: 37 concerts de 10 minutes en 11h45!

Jali, le chanteur belge d'origine rwandaise, qui a boosté sa notoriété en étant juré la saison dernière à The Voice, est l'auteur de deux opus, « Des jours et des lunes » « Une seconde avant l'aube ». Alors que la Urban Night de la Place des Palais est terminée, une partie du public rallie le Mont des Arts. « Venez, c'est par ici » leur enjoint le jeune chanteur. Modeste, il rigole qu'avec seulement deux albums, une carrière ne veut pas dire grand-chose, qu'il fait ça surtout pour plaire aux filles. On trouve ses compositions assez touchantes, en fait. D'emblée, on le préfère sur scène que comme coach.




Sur le même sujet