Deux ans après la sortie de Chris, la Française est de retour. Un troisième album est-il sur le point d'être dévoilé?

À l’instar d’Angèle, Héloïse Letissier, alias Christine and the Queens, n’en fini plus de faire parler d’elle. Ce mercredi, elle a dévoilé un inédit à l’occasion d’une performance d’une session donnée pour la plateforme de showcasting berlinoise Colors. Sur un fond violet, veste satinée sur les épaules, la jeune française a interprété “People, I’ve been sad” qui n’est pas un extrait de Chris, son dernier album en date sorti en 2018.


Musicalement, la chanson rappelle son premier album, Chaleur humaine, et le titre éponyme. Le tempo est lent mais la présence vocale de l’artiste donne du punch à l’ensemble. Christine and the Queens alterne entre l’anglais et le français sur ce morceau, comme elle en a pris l’habitude depuis deux ans maintenant. La volonté d’ancrer son travail dans le monde anglo-saxon est toujours bien présente. Comment pourrait-il en être autrement, quand le succès est au rendez-vous.

Rappelons qu’en 2017, elle avait été désignée Meilleure artiste féminine et Meilleure chanson (”Titled”) lors des NME Awards et nommée aux Brits Awards aux côtés de Beyoncé et Rihanna. Plus récemment, elle a aussi fait la couverture du prestigieux magazine américain Time et s’est produite en Californie sur la scène de Coachella, l’un des plus grands festivals du monde.

Une adolescence difficile

Sur le fond, Héloïse Letissier aborde un thème qui lui est cher et la torture depuis longtemps : l’adolescence. “Adolescence contrariée par un millier de remords. Maintenant quand je ressens quelque chose tout est bien plus fort, chante-t-elle. Adolescence contrariée par une solitude folle. Maintenant quand je suis dehors, le soleil me brûle encore.” Lors de la sortie de Chris, elle nous confiait avoir eu beaucoup de difficultés à s’accepter : “Quand on est une jeune fille, on est mis dans des situations de honte très rapidement. Et quand on est une jeune fille queer, on a une double possibilité d’avoir honte. C‘est une violence terrible que j’ai beaucoup intériorisée quand j’étais jeune. J’ai beaucoup eu honte d’être imparfaite, de ne pas être assez bonne de façon classique, de ne pas être sexuelle de façon classique. J’avais tellement honte ! J’avais intériorisé des normes impossibles, la fiction de la jeune fille telle qu’elle a été inventée m’a fait beaucoup de mal. Aujourd’hui, je suis complètement sortie de cette fiction et ça va beaucoup mieux.”

Arrivé sans annonce ni promo, ce nouveau titre préfigure-t-il la sortie prochaine d’un nouvel ? Beaucoup le pensent.