Couleur Café

C’est sous un ciel étonnamment clément que se refermait, dans la nuit de dimanche, un 27e Couleur café humide qui n’aura pas démérité. Et retrouvé partie de son identité métissée que d’aucuns jugeaient par trop diluée au fil des années. Une édition dont le premier jour des festivités restera marqué par la prestation large d’épaules du patron Nile Rodgers, en invité de marque de la légende Chic. Samedi, sans briller, Ghinzu et John Stargasm - vêtu d’une veste épique - offraient néanmoins au festival bruxellois quelques beaux moments d’électricité, et signaient une meilleure prestation qu’à leur retour au Festival des libertés en octobre dernier

Mais c’est dimanche que la terre de Tour & Taxis a tremblé, sous les soubresauts d’une alerte de Niveau4. Un projet hip-hop garanti 100 % belge où "emcees" du nord et du sud du pays ont croisé le vers dans les langues de Voltaire, Vondel et Shakespeare. Une riche idée et une exclusivité Couleur Café.

A ce petit jeu-là, c’est le sieur JeanJass qui tirait son épingle du jeu, fort de son phrasé négligé-travaillé et de sa classe nonchalante. Son commandant de bord Caballero et la voix grave du grand Roméo (Elvis) ont aussi bien représenté la capitale, tandis que l’école anversoise nous envoyait ses plus beaux fleurons, la tour Woodie Smalls (de St-Nicolas) dont on connaissait l'envergure, le percutant Dvtch Norris qui nous a plus d'une fois tapé dans l'oreille et l’épatante et plus expérimentée Coely, récente recrue de la major Universal, aussi à l'aise dans un registre soul que pour scander son rap. A l’applaudimètre, ce sont les gars de la Smala, Senamo & Seyté - auteur du récent projet "Trois fois rien" en duo et aux bons soins du très prisé Mani Deiz - , qui récoltaient le plus de suffrages. Sur l’échelle de Richter, ceux du quatuor Stikstof occasionnaient le plus de secousses.

On eut aimé voir davantage de tableaux impliquant l'ensemble ou une bonne partie des troupes en présence. D'autant que le résultat fut chaque fois des plus réussis quand ce fut le cas, comme sur ce "Dobberman" explosif de Stikstof, le titre "Oh Merde" de JeanJass & Caba transformé en "Oh Shit"pour la circonstance, ou l'hymne imparable de Roméo Elvis "Bruxelles arrive", tube en puissance et parfaite apothéose de ce Niveau 4 qui nous a fait très plaisir. L’ensemble du show avait fière allure et on espère vraiment que ce genre d’initiative sera reconduite.

Couleur Café, c'est la Champions League

Pour rester sur ce bel élan et poursuivre sur notre lignée hip hop, rien de tel qu'un petit MHD, programmé en soirée à l'ombre de la Move. A 21 ans, le Parisien est aujourd'hui le visage de l'Afro-trap, discipline hip hop d'un nouveau genre qui se plait à tremper des lyrics bien senties dans une grande marmite de sonorités africaines. Certes, une heure durant, on a presque l'impression d'écouter la même instrumentation, mais, à chaque nouveau refrain, notre hôte nous emmène et provoque irrémédiablement des milliers de déhanchés. Les kids adorent et, quand résonne enfin le tube "Champions League", hurlent plus fort encore. Pendant ce temps-là, l'équipe de France lamine des Vikings islandais fatigués sur grand écran et devant une poignée de supporters bleus pour qui la soirée sera d'autant plus arrosée. Fanatique de ballon rond, MHD le sait car il suit la rencontre en douce sur son portable entre chaque morceau. "La France sera championne d'Europe" nous affirmait-il sûr de lui juste avant le concert. Nous en reparlerons avec lui dans deux semaines au Dour Festival.