Couleur Café

Décalé d’une semaine, cette année, Couleur Café investit Tour & Taxis, dès ce vendredi. S’il célèbre sa 26e édition, le festival bruxellois semble perdre chaque été un peu de son identité. Avec toujours plus d’electro au menu, dont l’excellent DJ français Etienne de Crécy.

Du haut de ses 46 ans, Etienne de Crécy fait figure de vétéran de la scène électronique internationale et est considéré comme l’un des pères de la "French touch". Une déclinaison de la house music à grands renforts de samples, teintée de couleurs funk et disco, popularisée dans les années nonante. L’appellation apparut en 1987 lors de soirées du même nom au Palace parisien. On la doit au photographe Jean-Claude Lagrèze, qui les organisait. Hier, le fait de Dimitri from Paris, Air, Alan Braxe, Alex Gopher, Benjamin Diamond, Bob Sinclar, Cassius, Demon, Modjo, Mr. Oizo ou des incontournables Daft Punk. Aujourd’hui ralliée aux travaux de Breakbot, Justice, C2C, Kavinsky, M83 ou Gesaffelstein.

L’ascension d’un label comme Ed Banger a permis à une scène électronique française en sommeil de se réveiller. C’est le sieur de Crécy qui le dit. Lui était de la première vague, au sein du duo Motorbass avec Philippe Zdar, dont l’album "Pansoul" (1996) constitue une des pierres angulaires de la "French touch". En janvier, une décennie après le précédent, l’ami Etienne publiait le troisième volet de sa série "Super Discount", synthèse selon lui "du côté funky du 1 avec le côté electro froid du 2". Une formule bien huilée pour un "papy" qui sait toujours s’y prendre pour dérouiller les déhanchés.

(...)

Une interview à découvrir dans notre "Sélection Lalibre.be" (à partir de 4,83 euros).