Reprise compliquée à Couleur Café samedi. En cette seconde journée du festival bruxellois, la pluie s'intensifie. Ça sent même le déluge. Aux alentours de Tours&Taxis, les rues sont autant de rivières et le premier tournoi de street water-polo de quartier est sur le point de s'organiser. C'est amusant de voir autant de jeunes gens patauger en marcel, short et tongues, visiblement heureux d'être ici détrempés, malgré la pneumonie qu'ils sont à coup sûr en train de contracter.

À l'intérieur du site, l'ambiance est irréelle. Au pied de la grande scène, trois cent courageux groovent sous K-way aux bons soins de Keziah Jones, très classe et protégé car toujours chapeauté. En grand professionnel lui garde le sourire, quasi imperturbable. La tente Univers, forcément couverte, est elle mieux achalandée pour Laura Mvula et les mythiques Gladiators, dont les dreadlocks grisonnantes gardent peps et élasticité loin de l'humidité. Enfin, une trentaine de paumés tapent du pied dans les flaques face à la Move où, plus tôt dans la journée, l'excellent rappeur bruxellois Veence Hanao se faisait encore (bien) remarquer. Même Brésil – Chili, retransmis sur moyen écran, n'a maintenu sous la pluie pour la première mi-temps qu'une quinzaine de festivaliers.

Mais alors, quand il drache ainsi sans discontinuer, que fait le public de Couleur Café? Nombreux ont préféré temporiser à domicile en attendant que les nuages se fatiguent. Ceux déjà arrivés sur place, tentent eux de rester au sec. Et la malchance des uns fait le bonheur des autres. Ainsi, l'expo du Cool Art Café – consacrée en cette vingt-cinquième édition à la nourriture, sa pénurie et ses excès – n'a jamais autant été fréquentée. La morale de l'histoire: avoir les cheveux mouillés, c'est bon pour se cultiver/conscientiser.

Heureusement, la suite des échanges et les shows annoncés permettraient au mercure de grimper et aux âmes en présence de sécher. Le jeune emcee américain Chance The Rapper, dont les rimes encore très indé et confidentielles n'ont sans doute pas eu l'habitude de telle estrade sur le Vieux Continent, ambiancent du mieux qu'il peut à l'ombre de l'Univers. Du rap un peu girly pour b-boys mangeurs de cupcakes. Un show gentil qui néanmoins lancera véritablement cette seconde journée. De l'autre côté du site, les organisateurs ont mis en place des joyeusetés Holi, fête héritée de la culture hindoue, où chacun propulsent dans les airs des poignées de poudre – des pigments – colorée. D'habitude, c'est joli. Ce fut un peu raté ici, toujours la faute à la pluie. Heureusement, les premiers échos électro du trio flamand The Subs allaient tout nous faire oublier. Transformant en piste de danse ce Couleur Café. Et laissant au sorcier Tricky le soin d'enfin dégoupiller la nuit.