Ce n’est pas encore devenu une habitude mais presque. En congé de Depeche Mode, Dave Gahan s’offre de petits plaisirs solitaires. Ses deux albums en solo bien sûr, mais aussi, en 2012, une escapade avec le collectif britannique Soulsavers. Et ce n’est pas un hasard si trois ans plus tard il remet le couvert avec ce dernier pour un album, "Angels Ghosts" disponible depuis quelques jours, tant ils semblent faits pour s’entendre.

La sortie de ce nouveau disque s’accompagne d’une poignée de dates de concerts dont une étape dans la jolie salle de La Cigale, à Paris. On dit le public parisien plutôt froid. C’est cliché bien sûr, mais la réputation est tenace. Lundi soir pourtant, il a démontré tout le contraire, boosté peut-être par cet été qui refuse de capituler. On peut même écrire qu’il était chaud comme la braise, attendant monts et merveilles cette rare prestation scénique du chanteur de Depeche Mode et de ses acolytes.

Somptueux

Dave Gahan et les siens étaient donc en terre conquise. Mais au lieu d’assurer, ils n’ont eu de cesse de souffler tant et plus sur les braises pour les rendre plus incandescentes encore. Magnifiquement épaulé par un quatuor de guitares et basses, une batterie à la fois souple et précise, un clavier délicieusement vintage et trois choristes, c’est un Dave Gahan des grands soirs qui s’est approprié le blues teinté de gospel et de soul proposé par les Soulsavers. A deux exceptions près tous les titres du nouvel album ont été interprétés. Envoûtants ! Sans exception. On a aussi pris beaucoup plaisir a se réapproprier une bonne moitié de son prédécesseur, "The Light the Dead Sea" (2012). Dire que la musique de Soulsavers va comme un gant au chanteur de Depeche Mode ce n’est encore rien tant Dave Gahan paraissait habité par les accords et les arrangements proposés par le groupe. Les titres semblent avoir été ciselés pour lui, pour sa voix. "All of this and nothing", "Don’t cry" ou "You owe me" étaient somptueux.

Cerise sur le gâteau, en guise de rappel, deux titres issus des albums solo de Gahan ("Kingdom" et "Dirty Sticky Floors"), et deux reprises de Depeche Mode : "Condemnation" et "Walking in my Shoes". Un exemple éclatant de ce que pourrait être Depeche Mode privé de ses synthés et autres machines et remplacés par des guitares.

> Dave Gahan & Soulsavers "Angels & Ghosts" (1CD Sony Music)

La setlist du concert à la Cigale (paris), le 2 novembre 2015

1. In the morning

2. Shine

3. You owe me

4. Tempted

5. Tonight

6. All of this and nothing

7. Presence of God

8. Just try

9. Don’t cry

10. The last time

11. Take me back home

12. My sun

Rappel

13. Kingdom (de l’album solo de Dave Gahan "Hourglass" (2007))

14. Dirty Sticky Floors (de l’album solo de Dave Gahan "Paper monsters" (2003))

15. Condemnation (de l’album de Depeche Mode "Songs of faith and devotion" (1993))

16. Walking in my shoes (de l’album de Depeche mode "Songs of faith and devotion" (1993))