Suite à la mort de George Floyd, artistes, maisons de disques et autres acteurs du secteur se mobilisent en faveur de l'égalité et du respect des Noirs. 

Que justice soit rendue à George Floyd. Voilà ce que crient depuis bientôt une semaine des milliers et des milliers d’Américains indignés par la manière avec laquelle un policier a tué un Noir de 46 ans. Arrêté au motif d’avoir tenté d’écouler un faux billet de 20 dollars, ce dernier est décédé asphyxié – l’autopsie officielle le dit – après avoir été plaqué au sol par trois policiers dont un a placé son genou sur son cou.

Un peu partout aux États-Unis, des rassemblements initialement pacifistes ont spontanément vu le jour pour dénoncer ce geste et réclamer la condamnation du ou des agents impliqués. Depuis lundi, ils sont rejoints par l’industrie musicale à l’initiative de deux de ses représentantes, Jamila Thomas et Brianna Aggenang. Elles ont lancé le mouvement “The show will be paused”,”Le spectacle doit être mis en pause”, inspiré du titre "The Show Must Go On" de Queen. Celle-ci consiste à faire de ce mardi 2 juin une journée morte sur le plan commercial pour le secteur afin de le sensibiliser aux questions de discrimination et à la nécessité de promouvoir plus d’égalité. “Nous ne continuerons pas à mener nos activités comme d’habitude sans tenir compte de la vie des Noirs, ont fait savoir les deux femmes. Le mardi 2 juin est censé perturber intentionnellement la semaine de travail.” “Ceci n’est pas une initiative de 24 heures, nous nous engageons dans ce combat sur le long terme”, ont-elles ajouté.

© D.R.

Lancé sur les réseaux sociaux, le mot d’ordre s’est répandu comme une traînée de poudre chez les artistes mais aussi, et c’est là plus étonnant, parmi les grands acteurs de la musique. Le géant des concerts Live Nation ferme tous ses bureaux durant toute la journée. Spotify a introduit dans certaines playlistes des silences de 8 minutes et 46 secondes, le temps exacte de l’agonie de George Floyd. Son concurrent français Deezer s’associe à la mobilisation jugeant qu’il est “temps de réfléchir. Il est temps de changer”.

Les maisons de disques et autres labels ne sont pas en reste, de même que les artistes qui sont nombreux à avoir renoncé aux interviews et autres activités prévues dans le cadre de leur travail. Qu’il s’agisse de Radiohead, de Mick Jagger ou de Billie Eilish, ils sont des milliers à avoir emboîté le pas, à l’instar de Quincy Jones qui s’est exprimé par ces mots : “En tant que gardiens de la culture, il est de notre responsabilité non seulement de nous réunir pour célébrer les victoires, mais aussi de nous serrer les coudes lors d’une perte.”


Dans un message posté sur Facebook, le magazine musical britannique NME explique : “Comme l’industrie musicale dans son ensemble, nous avons indéniablement beaucoup bénéficié de la culture Noire.” Aucun autre post ne sera effectué sur leur compte ce mardi.

Au-delà des mots, le mouvement s’est aussi trouvé un signe de ralliement. Les en-têtes des réseaux sociaux des participants se sont parés de noir.