Tchaïkovski revisité par une musicienne imaginative et raffinée

Et voilà la radieuse Stella Chen, 26 ans, de nationalité américaine, doublement formée en musique à la Juilliard School et en psychologie à Harvard. Son approche de Fidl de Kimmo Hakola est à la fois conquérante et généreuse, incisive dans les traits d’ouverture mais soulignant le lyrisme partout où il se présente, et pouvant compter sur des sonorités lumineuses et bien projetées. Stella Chen est une imaginative, elle l’a prouvé tout au long des épreuves précédentes et sa façon d’alimenter les climats successifs de cette partition à rebondissements - en entraînant l’orchestre dans son jeu- le prouve une nouvelle fois. Le jeu des questions réponses avec les musiciens, la construction de sa cadence, ou les pirouettes pizzicato-talonnettes, sont l’occasion de trouvailles surprenantes, amusantes, habitées. Et l’art du chant est partout.

Un atout pour poser - ou déposer- la délicate mélodie ouvrant le concerto de Tchaïkovski et, à partir du climat précieux et même « tendre » de ce noyau thématique, développer naturellement la suite du mouvement. La cadence est exemplaire, menée comme elle devrait toujours l’être, comme une libre improvisation dans laquelle Stella Chen atteste un goût sûr, optant pour des sonorités fines et lumineuses - ce qui n’exclut pas la puissance- , toujours dans le contrôle du son et la détente, même aux moments les plus intenses, comme dans la grande strette finale (du premier mouvement) qui entraînera même des applaudissements chez les distraits.


Ceux qui se souviennent de sa « Fantaisie » de Schubert ne s’étonneront pas de la sublime simplicité de sa Canzonetta, nettoyée de tout sentimentalisme et d’autant plus émouvante. Quant au Finale, finement articulé, filant comme le vent, et totalement maîtrisé, il nous fit (presque) songer à Mendelssohn par son élégance et sa désinvolture joyeuse, à peine entrecoupées de fugitive mélancolie. On peut rêver d’un Tchaïkovski plus sombre, plus tourmenté, plus épique, mais celui-ci est magnifique et totalement cohérent.