Soleil et convivialité sont au programme de ce deuxième jour de festival aux Francofolies de Spa.

Cette année, c’est jambes nues et lunettes de soleil vissées sur le nez qu’on se rend à Spa. Comme chaque fois, la ville a revêtu ses habits de fête. Les devantures des boutiques et des cafés sont apprêtées, la musique rediffusée et les sponsors distribuent chapeaux, lunettes de soleil ou colliers colorés. Pour cette édition, Spa s’est également mis à la tendance du moment : militaires et policiers armés sont déployés à toutes les entrées, sécurité et climat tendu oblige. Sans parler du traditionnel contrôle des sacs regardés ici plutôt deux fois qu’une. Un parapluie ? Non désolée ce n’est pas autorisé. Une bouteille d’eau ? Oui mais alors scellée… Mais rien qui ne vienne troubler la fête, trop bien installée. L’ambiance est sereine, pas d’angoisse ni de stress. Il faut dire qu’avec le soleil, tout est plus facile et plus beau.

Chaleur et farniente

Dans le village Francofou, on commence à s’activer, les concerts de la journée ont commencés. Décontractés, on prend le temps, passant d’une scène à l’autre. RMS vient de terminer un show devant un public assez dispersé mais néanmoins conquis. En après-midi, pas besoin de jouer les coudes pour trouver sa place. Au bout du grand kiosque couvert, un petit « café pétanque » a pris ses quartiers. « Diffusion en direct du tour de France » est-il indiqué à l’entrée du repaire des « vieux provencaux », au calme et au frais. De la fraicheur, on en a bien besoin par ces 35°. Et qui dit chaleur dit eau. Normalement, à Spa, on n’en manque pas. Alors les abords des fontaines sont pris d’assaut… pour aller faire tremper les pieds ! Non loin de là, ça bouge près de la grande scène, Mustii va bientôt faire son entrée. Le monde commence à arriver.

Le festival de tous

Le public ? Hétéroclite. Impossible de dresser un profit du festivalier des Francofolies. Des petits enfants jusqu’aux grands-parents, toutes les générations – ou presque – sont représentées. En couple, en famille ou entre amis, chacun semble y trouver son compte. Les petits côtoient les plus grands, les mamys se mettent à danser devant un Mustii enragé. Ca papote et ça rigole au milieu des rangées. Le soleil et la chaleur donnent des airs de vacances à un village Francofou verdoyant. Dommage que les nuages fassent déjà leur entrée. Ce soir, ça risque péter…