Musique / Festivals

C'est un garçon modeste et réservé, mais ceux qui le connaissent sont unanimes : Yossif peut aussi être très drôle ! Avec son regard vif, ses cheveux sombres en brosse, et son sourire grave, il donne l'impression d'un jeune homme au sortir de l'enfance. Qu'il prenne son violon et il n'est plus question d'âge : on est devant un artiste, point. Le voilà parmi les douze finalistes, à 18 ans, il le cadet de la bande, il porte les couleurs de la Belgique, pourvu qu'il puisse encore remuer sous le poids des enjeux...

Yossif Ivanov est né à Anvers, le 18 juillet en 1986, dans une famille de musiciens. Dès l'âge de 5 ans, il reçoit les premiers cours de violon de son père et six mois plus tard, il joue comme soliste avec l'Orchestre philharmonique de Flandre.

Il a ensuite la chance extraordinaire d'être l'élève de Zakhar Bron (comme le fut Vadim Repin) et à onze ans, il s'inscrit comme élève libre chez Igor Oïstrakh, au Koninklijk Conservatorium Brussel. Il poursuit sa formation jusqu'à son entrée à la Chapelle musicale Reine Elisabeth, en 2001, où il est reçu à titre dérogatoire à l'âge de 14 ans.

A partir de cette époque, les distinctions, les concerts, les concours se succèdent : déjà en 2000 il représentait la Belgique à l'Eurovision Competition for Young Musicians à Bergen, en Norvège en 2003, il remporte le concours Rogister à Liège, puis celui de Montréal, ce qui lui vaut une tournée en Amérique du Sud et au Canada. Il poursuit ses études avec Valery Oïstrakh et rencontre Yuzuko Horigomé et Regis Pasquier lors de master classes.

Et ses études «normales» ? Yossif Ivanov a suivi ses humanités par correspondance ! Il a consacré toute sa jeunesse à l'étude du violon...

Depuis octobre dernier, toujours à la Chapelle Musicale - dont on sait qu'elle a connu d'importantes réformes - Yossif Ivanov est devenu l'élève d'Augustin Dumay... et ça a changé sa vie ! C'est avec Augustin Dumay qu'il a préparé, en vue de la demi finale, la sonate d'Ysae et le concerto de Mozart et en sortant de son concert (éblouissant), samedi soir il s'est écrié " qu'il avait trouvé ça super ! ". Augustin Dumay lui a téléphoné du Portugal pour le féliciter et a sauté dans un avion pour le coacher d'ici son entrée à la Chapelle, vendredi.

Mais où seront-ils ? Mystère... Yossif vit depuis quatre ans à la Chapelle, le voilà chassé de " chez lui " et contraint à s'installer à l'hôtel, incognito bien sûr...

Notons encore que, grâce à l'intervention de la Chapelle musicale, le jeune violoniste joue sur un Stradivarius prêté par un mécène. Et aussi que grâce à son préparateur physique, toujours à la Chapelle, il a découvert les joies du jogging !

© La Libre Belgique 2005