Il semblait difficile d’écrire, en 2021, que les Charlots sont toujours au goût du jour. Des décennies après leurs heures de gloire gravées sur vinyle ou projetées sur les écrans de cinéma ou de télévision, force est de constater que tout cela a vieilli. Y compris leur humour potache qui passe auprès des jeunes d’aujourd’hui, pensait-on,  pour un sommet de ringardise.

Pourtant, l’annonce du décès de Gérard Fillipelli, dit Phil, mardi soir prouve le contraire. Les Charlots ont encore une fameuse fan base. En témoigne la popularité des articles sur le sujet publiés sur la Toile et les commentaires qui les accompagnent ou foisonnent sur les réseaux sociaux.

© Reporters

Membre fondateur de la bande, le dernier en vie, Jean Sarrus, 75 ans, a rendu hommage à son ami Phil emporté par un cancer. Dans les pages du Parisien, il rappelle combien Gérard Fillipelli était un fou de musique et un excellent guitariste. Les solos chez les Charlots, c’était lui. “On a passé cinquante ans ensemble, confie-t-il. C’était l’insouciance et la gentillesse. On s’est beaucoup amusé ensemble. […] Phil a toujours joué de la guitare. Il faisait des bœufs avec Luis Rego et il s’occupait de ses chats. Il était bricoleur et avait confectionné une canne pour les nourrir à distance.”

Il a aussi évoqué les nombreux films à succès tournés par la bande, notamment avec Claude Zidi. Jusqu’à 7,7 millions de spectateurs ! “C’était fou, oui. Mais ce qui était le plus drôle, c’est que ça marchait dans le monde entier, car les dialogues étaient rares et simples. Du coup, faciles à traduire. On a énormément voyagé, on a fait toutes les grandes villes en Inde. C’était drôle de se voir parler en thaï, en hindi, en chinois.”

© Reporters

Phil avait quitté ses compagnons de route en 1996, sans pour autant ranger sa guitare au placard, apprend-on dans Le Parisien. Mais il avait renoncé aux reformations et aux tournées Âge tendre. Jean Sarrus et Jean-Guy Fechner ont eux pris un autre chemin que le grand blond aux airs, parfois, d’Averell Dalton. Ils préparent un retour, indique le quotidien français. “Dans le genre des Charlots”, lit-on.