Ravuth Ty, co-organisateur avec sa soeur Aymira du festival hip hop avorté de Lommel le week-end dernier, a été relâché par la police précise son avocate

Annulé à la dernière minute vendredi dernier par le bourgmestre de Lommel pour "raisons de sécurité", le festival qui se targuait de devenir le Tomorrowland du hip hop est entouré d'une kyrielle de zones d'ombres. En effet, ses trois organisateurs étaient sous mandat d’arrêt (le troisième, l'Anglais Nick Chawda, avait déjà été relâché et se retrouve déjà au Royaume-Uni) depuis dimanche. Les Néerlandais Ravuth Ty et sa sœur Aymira sont suspectés de faux en écriture, escroquerie et abus de confiance mais aussi d’avoir fourni de fausses preuves de paiement aux fournisseurs du festival. Si on ne connait pas encore le sort de la soeur de Ravuth Ty, ce dernier vient juste d'être libéré par la commission d'enquête comme l'a confirmé son avocate Joke Feytons. Selon la commission d'enquête, comme le révèle Het Laatste Nieuws, il ne serait plus nécessaire de tenir l'homme en prison.

Le cerveau créatif derrière le festival Vestiville de Lommel est âgé de 35 ans et sa soeur de 37 ans. Leurs avocats ont souligné que leurs clients n'étaient pas de mauvaise foi. "Ils ont vraiment voulu organiser un grand festival et regrettent qu'il n'ait pas continué."

La police appelle les fournisseurs floués à se manifester

La police de Lommel appelle sur les réseaux sociaux tous les fournisseurs du festival annulé Vestiville à se manifester. "Pour protéger leurs droits et permettre une enquête plus approfondie", indique la communication. Le bourgmestre Bob Nijs avait en effet demandé aux fournisseurs d’eau et d’électricité de maintenir l’alimentation du site afin de pouvoir fournir nourriture, matériel et douches à ces festivaliers. Pour pouvoir récupérer son argent, la commune s’est portée partie civile contre les trois organisateurs. Elle espère de la sorte avoir accès au dossier. La police de Lommel appelle donc désormais tous les fournisseurs – et pas seulement ceux avec lesquels elle a elle-même été en contact – à se manifester au numéro 011/399.899 ou via l’adresse mail recherche@politie.lommel.be.