Mission accomplie pour Hooverphonic et leur chanteuse Geike. Ils se sont extirpés de la première demi-finale de l’Eurovision diffusée mardi soir. Ils font partie des 10 pays retenus par les votes du jury et des téléspectateurs sur les seize candidats en lice. Le suspense a duré longtemps lorsque les noms des qualifiés ont été énumérés un par un, sans ordre lié à leur succès. La Belgique a été citée en… neuvième position.


Pour être honnête, on s’était presque fait une raison, pensant que la prestation de nos représentants dénotait trop au regard de celles des autres candidats. Ambiance trip hop, couleurs sombres (pour ne pas dire noir intégral) et interprétation habitée, là où la plupart des autres faisaient jaillir des flammes et arboraient des tenues sexy faites de paillettes. Des paillettes, il y en avait bien quelques-unes sur la robe de Geike mais en version tenue de soirée habillée et non disco. Qu’importe, puisque le résultat est là, la Belgique fait partie des finalistes.

La surprise semblait aussi de mise dans le petit salon où était installé Hooverphonic en attendant l’annonce des résultats. On ne grimpait pas sur les divans et on n’agitait pas frénétiquement les drapeaux comme ailleurs. Chaque apparition était empreinte de retenue. Sauf lorsque le nom de la Belgique a été cité. Là, la joie a explosé.

Même la BBC s'est fendue d'un message soulignant la brillante prestation de nos couleurs.

Malte, candidate à la victoire finale

Outre la qualification de nos représentants pour la finale de samedi, on retient la prestation de Malte. Destiny Chukunyere, fille du footballeur professionnel nigérian Ndubisi Chukunyere, a impressionné tout le monde avec sa chanson “Je me casse”, qui n’a de français que le titre et le refrain.


Le titre envoie du lourd et son interprète assure. Il faut dire qu’elle a déjà un sacré bagage. Elle a gagné le Concours Eurovision de la chanson junior en 2015 en remportant un nombre de points record, elle a participé à la version britannique d’Incroyable talent où elle a échoué en demi-finale, mais elle a gagné un autre télécrochet, X-Factor Malte. Histoire de parfaire son expérience, elle avait déjà tâté de l’Eurovision en version senior en 2019, en étant la choriste de la représentante maltaise Michela Pace à Tel-Aviv.

Elle a assurément produit la plus forte impression mardi soir. D’aucun la voient dans le top 5 de la finale. C’est le cas des bookmakers pour qui elle a toutes ses chances, comme la France, la Suisse, l’Italie et la Finlande ; Par contre, ils ne donnaient que peu d'espoirs à Hooverphonic de s’imposer. À peine 1 %… Verdict samedi.


Chypre en embuscade

Parmi les autres qualifiés de la soirée, Chypre a aussi marqué les esprits. Elena Tsagrinou, avec ses flammes de l’enfer et son “El Diablo” chaud comme la braise, n’est pas passée inaperçue. Tout comme sa robe façon Kylie Minogue. 


Sensation également lors de la prestation de la bondissante représentante israélienne Eden Alene dont le morceau “Set Me Free” a aussi tout pour plaire et du punch à revendre.

Au rayon des surprises, citons la qualification de l’Ukraine avec une chanson “tatapoum” convoquant les esprits de la forêt à l’aide d’un improbable fifre. Et un tout aussi improbable manteau à poils (plumes?) vertes sur les épaules de la chanteuse. Très honnêtement, peu de monde les voyait aller plus loin. C’est là un des mystères de l’Eurovision… Idem pour l’Azerbaïdjan que l’on n’attendait pas non plus samedi.


Les autres qualifiés sont : la Norvège, la Russie, la Lituanie, avec ses tenues jaune poussin et sa danse des doigts à vous désarticuler la main, et la Suède avec un mix entre The Weeknd et Youssou N’Dour qui fait son petit effet.

La seconde demi-finale est programmée jeudi. Et la finale aura lieu samedi, toujours à Rotterdam avec, en plus de 20 qualifiés issus des demi-finales, ceux qu'on appelle les Big Five: l'Allemagne, la France, l'Italie, l'Espagne, Royaume-Uni et le pays hôte, les Pays-Bas.