Musique & Festivals

Alors que la planète entière succombe au tout numérique, il existe une usine qui, dans le Missouri, résiste encore à l’"envahisseur". Depuis 1969, la National Audio Company (NAC), installée à Springfields, produit des cassettes audio. Son patron n’a jamais cru à la mort de ce support magnétique dont on pensait qu’il n’avait plus droit de cité que dans les livres d’histoire. Et les chiffres semblent lui donner raison. Depuis sa création en 1969, NAC n’a jamais produit autant de cassettes qu’en 2015. Plus de 13 millions. Soit une croissance de 31 % par rapport à 2014 qui avait déjà enregistré une hausse de 26 % au regard de 2013.

Daft Punk, Marvel et Disney

Comment expliquer un tel succès ? En partie, par le nombre d’acteurs de plus en plus réduit sur le marché. La National Audio Company est aujourd’hui une des dernières à produire des cassettes outre-Atlantique. Elle a racheté pas mal de ses concurrents en difficultés.

Mais cela n’explique pas tout aux yeux de Steve Stepp, le patron de NAC, qui invoque la mode du rétro. Elle boosterait ses ventes au point de séduire à nouveau les géants du divertissement que sont Sony Music et Universal, deux des clients de la société américaine. En 2012, la version Deluxe de l’album "Pisces Iscariot" des Smashing Pumpkins était livrée avec une vraie cassette contenant les premières démos du groupe. L’année suivante, c’est Daft Punk qui réalisait la promotion de "Random Access Memory" à l’aide du même support.

En 2014, le succès du film "Les Gardiens de la Galaxie" aurait aussi fait beaucoup pour réhabiliter la cassette. Dans cette production signée Marvel et distribuée par Disney, le héros Star Lord ne quitte jamais son Walkman et une cassette contenant les seuls souvenirs qui lui restent de sa mère disparue. Le succès du film a été tel que Disney a réédité la BO sur support magnétique, une première depuis 2003, et Marvel a proposé, sur le même format, une copie de la cassette écoutée par le héros.

Evolution marginale

Peut-on pour autant parler d’une renaissance de la cassette audio ? Créée par Philips et commercialisée en 1963, elle n’a jamais tout à fait disparu de la circulation grâce aux labels indépendants. A l’instar des DJ qui n’ont jamais renoncé aux vinyles, ces petites maisons de disque ont toujours eu recours aux bandes magnétiques audio pour distribuer leur musique en raison du faible coût du support. Et si le regain d’intérêt affiché par les grandes enseignes du divertissement dope les chiffres, ceux-ci restent marginaux, comme l’indique la Record Industry Association of America (RIAA). "L’évolution est si faible qu’elle n’atteint pas le seuil nécessaire (un million de dollars) pour que les ventes nous soient signalées", fait savoir l’institution.