Francofaune, le festival des musiques francophones se tiendra à Bruxelles du 3 au 13 octobre.

Le français a plus que jamais la cote sur les ondes de la bande FM. Un temps délaissé par la pop jeune et mainstream, l’idiome a retrouvé toute sa splendeur avec l’aide des Stromae, Angèle et la flopée de rappeurs qui déferlent sur le paysage musical franco-belge depuis plusieurs années. À côté de ces tendances lourdes, il y a pourtant une autre scène, une autre "chanson française", dont la créativité exceptionnelle peine parfois à se frayer un chemin vers le grand public. Lancé à Bruxelles il y a déjà six ans, le festival Francofaune s’est donc donné la mission ambitieuse et salvatrice de programmer ces auteurs-compositeurs belges, français, suisses, canadiens, ou autres, dans des lieux connus ou insolites.

Espèces en voie d’apparition

"L’un de nos slogans parle de lui-même" s’amuse Florent Le Duc, qui organise l’événement : " Espèces musicales en voie d’apparition". On veut sortir des chapelles, proposer des expériences à taille humaine, un peu de diversité." " Chaque année, nous recevons énormément de demandes d’artistes qui ont parfois du mal à s’imposer dans le circuit habituel, poursuit-il. Beaucoup d’entre eux ne trouvent pas de place, même s’il existe tout un circuit underground qui se porte bien. Quelqu’un comme Manu Louis (en concert le 11 octobre à La Vallée, NdlR) a trouvé sa niche, il joue à Tokyo, aux États-Unis, parce qu’il a trouvé et travaillé son public. Même si elle n’est pas mainstream, il y a une scène qui vit et qui s’en sort."

Manu Louis est l’un des quatre artistes à bénéficier d’une carte blanche, avec David Numwami (8/10), Lord Gasmique (10/11) et le label "La Souterraine" (4/10), libres de convier leurs coups de cœur personnels lors de leurs soirées respectives.

Le rappeur Pitcho s’associera avec l’ensemble Musique Nouvelle (4/11), les Hôtesses d’Hilaire dynamiteront le Brass (9/10) et l’inévitable Bertrand Belin jouera les têtes d’affiche ultimes à La Madeleine le 7/10. "Je voudrais également attirer l’attention sur la soirée qui associera notamment Glauque et Choolers Division à "La Tour à Plomb, insiste Florent Le Duc, un ancien site industriel magnifique qui rejoint les 17 autres lieux que nous investirons à Bruxelles."


Reste, enfin, à mettre en avant les "Secret Sessions" qui réuniront vingt-cinq musiciens pendant trois jours, afin d’écrire, enregistre et mixer des titres inédits, qui seront joués au VK en ouverture du festival, le 3/10. Pas d’artistes africains ou créoles ? "La francophonie ne renvoie effectivement pas au français mais à la diversité des français" répond Florent Le Duc. "Malheureusement, actuellement, nos réseaux se concentrent essentiellement dans l’hémisphère nord. L’objectif, vu l’évolution démographique, c’est clairement l’Afrique, mais on doit encore y développer nos relais."

Francofaune, dans tout Bruxelles du 3 au 13 octobre. Rens. https://www.francofaune.be/