Musique & Festivals

Le café-théâtre "Côté Village" à Uccle fête ses dix ans. En attendant Armelle, Pascal Legitimus et bien d'autres encore, c'est un musicien qui inaugure les festivités, et pas des moindres : le grand Georges Moustaki. Il se produira, le temps d'une soirée, pour faire partager les chansons de son nouvel album, "Solitaire", dans les bacs depuis le mois de mai, réalisé par Vincent Segal, mixé et enregistré par Djoum au studio ICP à Bruxelles - "où on mange, on joue au billard et passe de bons moments à jouer de la musique". En tournée jusqu'au mois de juin 2009 dans de nombreux pays, pour un "never ending tour", le métèque aux grands yeux bleus apprécie toujours les escales bruxelloises : "J'ai vécu peu de temps mais intensément à Bruxelles. C'est un souvenir très vivant et important dans ma vie. Quand je suis arrivé, dans les années 50, j'étais dans une situation économique désastreuse mais j'ai tout de suite trouvé du travail comme musicien, chose que je n'avais jamais eu la chance de pratiquer professionnellement. Je suis musicien grâce à Bruxelles." De concerts en concerts, de festivals en petites salles, c'est déjà le troisième album que Georges Moustaki enregistre à Bruxelles où il revient toujours pour le public: "C'est mon premier public, je le retrouve comme une vieille connaissance qui change avec le temps. Il y a des jeunes gens que j'ai connus au tout début, dans les années 70, et je les retrouve encore aujourd'hui. Il y a aussi un couple, je les appelle les amoureux de Bruxelles. Ils sont toujours là et seront présents demain soir."

Grand voyageur, Georges Moustaki parcourt le monde, visitant ses amis, de scène en scène (plus de soixante par an), élément indispensable de sa vie d'artiste dont il ne se lasse jamais : "C'est ma vie qui est comme ça, elle est faite de voyages, de concerts, de rencontres, de retrouvailles, de découvertes. Si on retire des ingrédients, ça ne va plus."

Solitude, femmes et voyages

"Solitaire", dédié à Henri Salvador - "on devait faire un album ensemble, il est parti trop tôt" - même s'il comprend deux titres abordant le thème de la solitude, est paradoxalement riche en duos. "C'est la solitude profonde dont je parle. Je suis quelqu'un de sociable mais dans mon intimité, je me réfugie souvent avec moi-même parce que j'en ai besoin et parce que j'aime ça. On a tous une solitude qui nous permet d'être en paix avec nous-mêmes. Quelquefois elle est pesante, mais toujours fructueuse."

Réalisé par Vincent Segal, la moitié de Bumcello, le violoncelliste de M que l'on a vu aux côtés de nombreux artistes, l'album est empreint de douceur, les voix se faisant caressantes, les instruments chaleureux, aux sonorités parfois caribéennes, comme pour la reprise "Donne du rhum à ton homme" avec China Forbes.

Entouré de ses musiciens de longue date, parfois depuis plus de quinze ans (ils seront présents pour le concert de ce soir), l'enregistrement "s'est déroulé dans une grande connivence" avec le concours d'un musicien additionnel parfois, comme Ibrahim Maalouf.

Après un hommage à ceux qui ont changé beaucoup de choses armés de leur guitare, Brassens, Brel, Aufray, Gainsbourg... dans "Le temps de nos guitares", on peut écouter cinq duos. "Chaque duo a une histoire propre, j'étais amoureux de la voix de China Forbes du groupe Pink Martini. Pour avoir le plaisir de la connaître, je lui ai proposé un duo, c'était une motivation musicale mais surtout affective. Avec Vincent Delerm, qui est un ami récent, cela a débouché sur un duo naturellement ("Une fille à bicyclette"). Pour Cali, c'est une rencontre pendant les élections présidentielles. On était du même côté, alors on a eu envie de le montrer au monde. "Sans la nommer" exprime des idées politiques. Avec Stacey Kent, c'est une proposition de mon producteur, une très bonne idée. J'ai trouvé cela réjouissant de chanter avec une personne qui a une si belle voix, si talentueuse interprète de jazz. J'ai apprécié l'inclure dans mon monde qui est propice à cela. J'aime la complémentarité du duo." Cet album qui reflète la joie de vivre de son auteur, n'a qu'un seul défaut : celui d'être trop court.

Georges Moustaki, "Solitaire", Emi.

En concert ce 16 septembre au café-théâtre Côté village à Uccle. Tél : 02.346.78.38

Infos, suite de la tournée : Web : www.moustaki-solitaire.be

© La Libre Belgique 2008