A l'heure où tous les événements de masse ont été annulés pour cet été en Belgique, quatre festivals européens, dont celui de Dour, et deux organisations, sont en train d'imaginer un futur désirable pour les festivals de musique et d'art. 

L'objectif est de rendre les événements "plus durables et circulaires" en vue d'agir contre le réchauffement climatique. GEX (Green Europe Experience) réunit depuis septembre 2019 Dour Festival (Belgique), A Greener Festival (Royaume-Uni), Boom Festival (Portugal), GO Group (Allemagne) Pohoda Festival (Slovaquie) et We Love Green (France).

Pendant plus de trois ans, l'objectif est de "repenser, ensemble, la façon dont nous produisons nos festivals et événements, en nous concentrant sur deux sujets principaux: la scénographie et la restauration", expliquent-ils.

Comment? En travaillant en "laboratoire vivant" pour imaginer ces nouvelles versions et par le biais de sept ateliers pour les rendre réelles. La devise de ce groupement: penser de manière globale, agir localement et changer collectivement, grâce à une "créativité infinie" mais aussi en s'appuyant sur le modèle de l?économie circulaire et ses 7R (repenser, réduire, réparer, réutiliser, rénover, recycler et récupérer).

"Conserver notre exigence artistique tout en intégrant les notions de cycle de vie à nos modèles de production est le meilleur moyen d?éveiller la curiosité de chacun d?entre nous et de sensibiliser les publics au développement d?un avenir fertile, respectueux de la vie et des écosystèmes", soulignent encore les acteurs.

Le processus GEX est simple: "créer, élaborer et analyser". "Ça veut dire que parfois tu gagnes, parfois tu apprends", concluent-ils