Incroyable Marianne Faithfull. Amoindrie physiquement depuis des années, la chanteuse et muse londonienne au tumultueux passé sexe, drogues et rock’n’roll, a bien failli quitter ce bas monde après avoir contracté le Covid-19 en février 2020. Sortie miraculeusement des soins intensifs après y avoir passé des semaines, voilà qu’elle était directement envoyée en soins palliatifs, censés accompagner sa fin de vie annoncée.

Un an plus tard, loin de la tombe, elle revient pourtant avec l’hypnotique She Walks In Beauty (BMG, sortie le 30 avril), recueil de poèmes intégralement dédié aux romantiques anglais que sont Shelley, Keats, Byron ou Thomas Hood. Du "spoken word" comme on dit, subtilement accompagné musicalement par le tout aussi inévitable Warren Ellis.

"Marianne avait en tête depuis longtemps l’idée de consacrer un album à ces poèmes qu’elle aime depuis toujours", explique-t-il dans une interview générique donnée à son label et envoyée à la presse internationale. Pratique détestable, que nous avons exceptionnellement pris la décision de relayer en partie, face à l’impossibilité d’avoir Warren Ellis au téléphone. "Elle a lu ces auteurs quand elle avait 14 ou 15 ans, et elle était à ce point émue qu’elle les a gardés près d’elle durant toute sa vie."

Toutes deux installées à Paris, ces figures du rock’n’roll sont pratiquement inséparables depuis quelques années. "J’ai pris l’habitude d’aller chez elle, poursuit le musicien australien. Parfois elle me lit Shelley ou d’autres poèmes similaires. Parfois je nous fais une tasse de thé et on passe l’après-midi devant la télé. C’est comme ça que j’ai su qu’elle se lançait dans ce projet."

Problème : comment sonoriser une œuvre aussi délicate, sans la dénaturer ? "En laissant toute la place à la lecture, la voix de Marianne, insiste Warren Ellis. Les mots peuvent parfois former un monde étrange quand ils sont lourdement couchés sur papier. Je les trouvais souvent impénétrables quand je lisais ce genre d’ouvrage à l’université. Marianne leur donne vie. Je voulais apporter un cadre, un univers, sans tomber dans des arrangements purement atmosphériques."

Le résultat est magique, surprenant, éblouissant. Les nappes de claviers délicatement posées par Ellis créent le cadre idéal de cette ode subtile, transcendée par la voix rauque et puissante de Marianne Faithfull. Lancez la lecture, installez-vous confortablement face à une fenêtre, et laissez-vous dériver.