Un groupe qui se donne, sur scène, mais personne dans la salle de concert pour applaudir sa performance. Juste des visages, figés par la photographie, posés chacun sur un des fauteuils.

Milow a joué à l'Ancienne Belgique, jeudi après-midi, devant un parterre de chaises vides, en hommage à tous ceux qui - torturés, violentés, emprisonnés pour leurs opinions, privés d'une vie dans la dignité - ne participeront pas à la fête qui accompagnera le jubilé d'Amnesty International le 28 mai prochain.

Car le combat de l'organisation reste inachevé: les victimes, dont les droits fondamentaux sont bafoués, demeurent nombreuses, depuis que l'avocat britannique Peter Benenson a lancé, en 1961, un appel à l'amnistie des prisonniers politiques qui connaîtra un retentissement considérable et donnera naissance à Amnesty International.