Musique & Festivals

Nuit d'été aux portes de l'hiver

N.B.

Publié le - Mis à jour le

Nous avons décidé en août dernier que j'allais écrire un grand opéra pour le Festival d'Aldeburgh de cette année, à l'occasion de la réouverture du Jubilee Hall et de son inauguration. Cette décision plutôt subite ne me laissait pas le temps de faire rédiger un nouveau livret; nous avons donc opté pour un livret déjà existant. «Le Songe d'une nuit d'été» est une pièce que j'ai toujours aimée. Plus je vieillis, plus je me rends compte que ce sont les ouvrages soit de très jeunes soit de très vieux créateurs que j'aime le plus. J'ignore quel âge avait Shakespeare quand il a écrit «Le Songe d'une nuit d'été», mais peu importe; il m'a toujours semblé que c'était l'oeuvre d'un tout jeune homme.»

Né en 1913, Benjamin Britten n'est plus un tout jeune homme mais pas encore non plus un très vieux créateur quand il entreprend, en octobre 1959, la composition de son «Midsummer Night's Dream». Avec son compagnon et complice Peter Pears, il réalise un livret en réutilisant les mots mêmes de Shakespeare et, le 11 juin 1960, l'oeuvre est créée dans son festival d'Aldeburgh, avec notamment Alfred Deller - ce sera une de ses rares apparitions à l'opéra - dans le rôle d'Oberon.

Poursuivant un travail sur Britten qui avait déjà donné un mémorable «Peter Grimes» et un «Turn of the Screw», La Monnaie, qui avait accueilli pour un soir en 1970 une production de l'oeuvre venue du Covent Garden de Londres, en propose cette fois une nouvelle production maison. La mise en scène a été confiée à David Mc Vicar (qui signa ici «Agrippina» et «Don Giovanni»), tandis que la direction musicale échoit à Ivor Bolton, qu'on avait notamment entendu à Bruxelles dans «L'enlèvement au sérail» et «Alceste».

Dans la distribution, on citera notamment le contre-ténor Michael Chance (Oberon), la soprano américaine Laura Claycomb (Tytania), le baryton belge Lionel Lhote (Starveling), mais aussi les Choeurs d'enfants de La Monnaie qui joueront ici un rôle non négligeable.

© La Libre Belgique 2004

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous