Musique / Festivals

Le baroudeur folkeux sera de passage à l’AB le vendredi 14 juin pour la sortie de l'excellent Oh My God, nous vous offrons des places.

J’ai tellement grandi à l’écart de toute chose musicale, que j’étais super excité lorsque j’ai découvert tout ça” nous expliquait Kevin Morby lors de sa rencontre avec La Libre en 2016. “Je pouvais m’asseoir devant un gars qui jouait de la guitare en laissant dériver mon esprit pendant des heures.” L’Américain bohème né au Texas puis transbahuté au Kansas, avant de partir faire sa vie à New York et Los Angeles, est un authentique singer songwriter. L’une des plumes les plus touchantes et subtiles qu’il nous ait été donné d’entendre ces dernières années.

Folkeux dans l’âme comme le doigté, Morby officie à la basse du groupe Woods, avec lequel il sort quatre albums dès 2009. Le résultat est mémorable, mais le musicien quitte la formation de folk psychédélique alors en pleine gloire, en 2013, pour se lancer à son compte et assouvir ses envies de créativité.

En quatre albums, pratiquement un par an, il assemble les pièces d’un univers singulier, fait d’histoires d’amour tristes, d’odes à liberté de mouvement et d’hommages à cette cité new yorkaise qui lui a permis de se révéler. Chaque album, chaque morceau est un exemple de simplicité, de folk “à l’ancienne” où l’instrumental ne prend jamais le pas sur le phrasé délicatement posé.

L’homme pourrait finir par lasser, se répéter, mais il a la brillante idée de s’entourer d’un groupe en 2016 pour la sortie de son troisième essai, Singing Law. De quoi “ouvrir les possibilités, créer un son plus gros” et, surtout, plus enthousiasmant, à l’image des quatorze pistes de l’excellent Oh My God sorti en avril dernier.

Moins intime, plus enjoué, Morby ouvre sur une plage titre rêveuse et joliment apaisante tout en piano swing. Le sax prend le relais, les chœurs arrivent, et cette ode à la délivrance monte tout droit vers les cieux. On croit au sursaut temporaire, mais No Halo confirme ce nouvel état de forme en jouant sur une flûte traversière voyageuse et légère. Nothing Sacred/All things Wild s’offre une douceur Gospel très “reedienne”, et introduit en beauté un OMG Rock’n’roll fort bien nommé.

Kevin est en forme, il ne faudra sans doute pas manquer son concert à l’Ancienne Belgique, le vendredi 14 juin. Et cela tombe assez bien, car nous vous offrons trois fois deux places. Pour les remporter, rien de bien compliqué : Likez et partagez ce post sur notre page Facebook Let it Sound. 

Tirage au sort et annonce des gagnants ce mardi 11 juin.