Richard III, portrait d'un dictateur

N.B. Publié le - Mis à jour le

Musique / Festivals

Shakespeare avait 29 ans lorsqu'il écrivit «Richard III». Il y dépeignait le dernier roi de la lignée des Platagenet comme un monstre sanguinaire, conformément à l'image que l'on avait de lui à l'époque des rois de la maison Tudor. Loin de chercher à dresser un portrait historique conforme à la réalité, la pièce révèle les mécanismes du pouvoir et passe en revue toutes les qualités que devrait posséder un bon souverain. «Richard III» acquiert ainsi une dimension intemporelle qui a séduit le compositeur italien Giorgio Battistelli comme d'autres pièces de Shakespeare avaient, avant lui, séduit d'autres compositeurs italiens, le plus illustre étant évidemment Verdi.A la différence de ses prédécesseurs, Battistelli a toutefois accepté que son librettiste, Ian Burton, garde l'anglais comme langue véhiculaire et reste aussi proche de Shakespeare que possible. Certes, les impératifs musicaux sont tels que Burton a dû couper plus de deux tiers de la pièce, éliminant complètement certains personnages (Marguerite d'Anjou notamment) et développements narratifs (comme la partie de la pièce où Richard fait la cour à la reine Elizabeth dans l'espoir de conclure une union dynastique avec sa fille).Burton a, par contre, amplifié les trois scènes de couronnement (Edward IV, Richard lui-même et Henry VIII) en donnant à chacune une atmosphère particulière, histoire de retracer la progression de Richard tout au long du drame musical. Il a également imaginé plusieurs scènes non présentes dans l'original afin de faire intervenir les choeurs.

Le livret laisse à Battistelli, disciple de Henze et Berio déjà auteur notamment de «Prova d'orchestra» (d'après le film de Fellini) et «Impressions d'Afrique», l'occasion d'expressions musicales multiples: airs en solo, des duos, trios, conflits, apparitions de fantômes, spectacles de Cour, messes de requiem, chants grégoriens interprétés par des moines, etc. La direction musicale sera confiée à Luca Pfaff, spécialiste des oeuvres contemporaines, et la mise en scène à Robert Carsen.

© La Libre Belgique 2005

N.B.

A lire également

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Mort de Philippe Zdar, moitié de Cassius: la French Touch en deuil

    Philippe Cerboneschi, dit "Zdar", membre du duo Cassius, pionnier de la French Touch de l'électro, est mort accidentellement d'une chute d'un immeuble parisien, mercredi soir, a annoncé à l'AFP son agent.

  2. 2
    Vidéo
    La "Metallica family" met le "Roi Baudouin" dans sa poche avec Morricone, des riffs, des flammes (et Plastic Bertrand)

    Il y a, sans doute, peu de groupes capables de fédérer les générations comme Metallica. Même si le portrait-type du spectateur du stade Roi Baudouin, dimanche soir, est (selon un sondage non-scientifique) un homme, néerlandophone, d'environ 35-40 ...

  3. 3
    Critique
    Le Graspop sous chape métallique...

    C’est sous une véritable chape de plomb que le Graspop a clôturé sa 24e édition. Après avoir quitté Slipknot aux aurores, ils étaient déjà beaucoup moins nombreux sur le coup de midi à se rassembler pour apprécier les premiers concerts de la ...

  4. 4
    KRAFTWERK NNG Berlin 2015 Reportage
    "Électro": De Kraftwerk à Daft Punk, une expérience auditive et visuelle intense

    Vagabonder dans les 800 m2 d’Électro, la première exposition d’envergure sur la musique électronique en France, est une expérience auditive et visuelle intense. Dès l’entrée, sur la droite, un robot toqué confectionné par les Daft Punk et ...

  5. 5
    Interview
    Alice Cooper, le vampire qui aimait la lumière

    Alice Cooper sera de passage à Bruxelles en solo le 21 septembre prochain. Ce vendredi, il sort également le deuxième album des Hollywood Vampires, le “supergroupe” qu’il forme avec Johnny Depp et Joe Perry (Aerosmith). Rencontre Toronto, le ...

cover-ci

Cover-PM

Facebook