Musique / Festivals

Le rappeur bruxellois sort “Chocolat” ce vendredi. Un premier album solo, sur lequel il convie Damon Albarn et Matthieu "M" Chedid. Rencontre avec ce grand échalas expert en vannes, avant sa tournée des festivals et des zéniths.

L’été 2016 restera à tout jamais la glorieuse saison du rap bruxellois. Le 8 juillet, Damso sort son premier album studio, Batterie Faible, précédé du single à succès Bruxelles-vie. Roméo Elvis réplique moins d’une semaine plus tard avec Bruxelles Arrive, qui compte aujourd’hui plus de 16 millions de vue sur YouTube, et tout ce que la capitale compte comme rappeurs star déferle littéralement sur les festivals franco-belges. En musique urbaine, les rois viennent de troquer le lys pour l’iris, et cette génération dorée-là ne se fait pas prier pour s’imposer.

Puis il y a les prestations scéniques endiablées de Roméo, l’explosion pop d’Angèle – “la petite sœur” devenue cheffe de clan – qui convie gracieusement son frérot sur le single Tout Oublier, et, aujourd’hui, les envies de maturité. Toujours bien entouré, Roméo Elvis se lance en solo pour sortir l’album rassembleur dont il a toujours rêvé (lire notre critique) et ouvrir son rap à des pointures internationales du rock comme Matthieu “M” Chedid et Damon Albarn. Rencontre avec ce grand échalas adepte de la vanne, trop heureux de défendre ses nouvelles ambitions.

(...)