Dans leur édition de cette semaine, Les Inrocks ne tarissent pas d'éloges lorsqu'ils brossent le portrait de l'artiste belge. Sur cinq pages, le journaliste de ce magazine de référence en critique musicale décrit la journée qu'il a passée sur le sol bruxellois en compagnie de l' "immense" Paul Van Haver, du nom du musicien. 

Dans l'article, Stromae revient notamment sur le tournage du clip de Formidable. Après avoir déclaré, au sujet de Bruxelles, "je crois que les gens m'aiment bien ici, sincèrement", il ajoute : "Au moment de la sortie de la vidéo de Formidable, j'ai vu beaucoup de bienveillance autour de moi. En revanche, le jour où je l'ai tournée, je me suis senti très seul, c'était même, je crois, l'un des plus grands moments de solitude de ma vie. J'en suis sûr, même"
Il décrit également les prémices de la vidéo devenue buzz quasi planétaire. "J'ai eu l'idée de ce clip au moment de l'enregistrement, je me suis souvenu d'une scène, je marchais un jour dans les rues de Bruxelles et je me suis fait interpeller par un sans-abri qui m'a dit en gros ce qu'on entend dans la chanson : 'Tu te crois beau ?' Je n'ai jamais oublié ça et j'ai voulu le mettre en scène".

Nos confrères des Inrocks ont aussi demandé au  MC bruxellois de décrire la teneur de son prochain album, qui sortira en septembre. Un exercice auquel Stromae s'est prêté : on y entendra "de la rumba congolaise, de la trap music, des trucs downtempo et bien sûr des trucs uptempo, j'adore ça. J'aime bien ce grand écart entre le populaire et l'ultra spé". Plus loin il ajoute que "c'est un disque assez noir, alors que je ne suis pas comme ça. Mais j'ai un côté très réaliste".

Ensuite, le journaliste décrit, morceau après morceau, l'échantillon auquel il a pu se frotter, précisant notamment, en guise de parenthèses, que "chez Stromae, on n'est pas toujours là pour déconner". Il ajoute également qu' "un morceau va mettre tout le monde sur les fesses mais on a juré de ne pas en dire plus (un indice : opéra, ouais, opéra)"

Finalement, le maestro détaille la période d'écriture de ce second opus. "C'était solitude et célibat, c'était pas tous les jours marrant, mais ça m'a permis de garder le focus sur mon travail. Je suis un entertainer, mais j'ai besoin de raconter des trucs qui se passent dans la réalité."

Suite à la parution de cet article, Stromae a remercié le magazine sur son compte Twitter.
 


Précisions encore que le Bruxellois est attendu de pied ferme par son public puisque, ce jeudi, les places pour sa double prestation à l'AB ont filé en à peine une heure...