Tempête à Lille, Anges à Paris

Publié le - Mis à jour le

Musique / Festivals

Dans la série «l'opéra n'est pas seulement un art du passé mais aussi une réalité vivante», la France s'apprête à accueillir deux créations mondiales d'ouvrages lyriques dans les prochains jours.

Premier acte à Lille avec «Avis de tempête» de Georges Aperghis, compositeur grec né en 1945 et installé en France depuis 1963. Le travail d'Aperghis dans le domaine du théâtre musical cherche à estomper les frontières entre instrumentistes, chanteurs et comédiens en mêlant éléments vocaux, sonores et gestuels. Ses récents spectacles utilisent également des dispositifs vidéo et électroniques sophistiqués qui construisent des environnements scénographiques «vivants». Tel devrait encore être le cas dans cet «Avis de tempête» dont le compositeur cosigne le livret avec le musicologue Peter Sszendy et où il sera question de «tempêtes», celles de Moby Dick mais aussi celles qui agitent notre monde d'aujourd'hui.

Les Belges seront là en force: création par l'Ensemble Ictus sous la direction de George-Elie Octors, images par Filmfabriek.

Au Châtelet de Paris, on attend avec impatience «Angels in America», nouvel opéra de Peter Eötvös qui, même si son «Balcon» a un peu déçu, reste le compositeur d'un des rares opéras récents à avoir connu un large succès international: «Trois soeurs».

Adapté de la pièce éponyme de Tony Kushner, «Angels in America» évoque le sida et l'homosexualité, mais aussi le mensonge et la corruption dans les USA des années Reagan. On y croise des anges, mais aussi un avocat raciste ou le fantôme d'Ethel Rosenberg. Eötvös, qui dirigera lui-même un orchestre de chambre, aura comme anges des solistes de renom: Barbara Hendricks, Julia Migenes et Roberta Alexander. (N.B.)

© La Libre Belgique 2004

A lire également

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM

Facebook