Tout dans la relation humaine

S.C. Publié le - Mis à jour le

Musique / Festivals

Se débarrassant de la matière spectaculaire, choeurs et divertissements des opéras dits `plus classiques´, Jules Massenet a composé `Werther´ en concentrant son attention sur les rapports humains.

Basé sur le roman épistolaire de Goethe `Die leiden des jungen Werthers´, l'opéra raconte surtout les souffrances de Charlotte. La jeune fille se voit contrainte au mariage en plein siècle des Lumières; toute remise en question de ce principe équivaut à une solide critique de la société et des codes moraux. Ce que Charlotte n'envisagerait pas entreprendre: elle se résout dès lors à contourner le bonheur. Werther ne l'entend pas de cette façon et se rebelle...

Pour mettre en scène les acteurs de ce drame et les replacer dans leur contexte de morale petite-bourgeoise et de domination religieuse, Willy Decker - bien connu du public de la Monnaie - explore la psychologie des personnages en profondeur.À la direction musicale, on retrouvera avec bonheur le grand spécialiste de Jules Massenet, Patrick Fournillier, directeur musical du Festival Massenet de Saint-Etienne, en France, qui compte à son actif la presque totalité des opéras du compositeur français.

GERARD POWERS EST WERTHER

Quant à la distribution, le rôle-titre revient au ténor américain Gerard Powers. La mezzo suédoise Ann Hallenberg chante Charlotte. Brett Polegato est Albert. La Belge Marie-Noëlle de Callata campe Sophie et le père est chanté par Jean-Philippe Courtis. Les décors et costumes sont de Wolfgang Gussmann, qui signe aussi l'actuelle production Zemlinski à La Monnaie.

© La Libre Belgique 2003

S.C.

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM