La ministre de la Culture Bénédicte Linard (Ecolo) et le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles ont adopté vendredi un nouveau et important volet d’aide à la culture. Rappelons les étapes précédentes: un premier volet de 8,5 millions avait été annoncé le 7 avril pour aider les opérateurs culturels subissant des pertes de recettes importantes en raison de l’annulation d’activités ou la fermeture des lieux, ce volet couvrant la période du 15 mars (début du confinement) au 4 mai, 381 dossiers d’indemnisation ont été introduits. Il y eut ensuite un plan d’aide au cinéma (6 millions) et enfin le plan Restart de la RTBF.

Ce sont maintenant une quinzaine de millions en plus qui sont injectés pour soutenir la culture en Fédération. Avec quatre points.

1. Huit millions et demi pour prolonger l’aide pour les opérateurs culturels subissant des pertes de recettes importantes en raison de l’annulation d’activités, cette fois pour la période du 4 mai au 5 juillet. Et on promet cette fois, des formulaires de demandes moins « kafkaïens ».

2. Pour soutenir la chaîne du livre, on débloque 2,67 millions dont 1 million pour des achats groupés de livres dans les librairies indépendantes par et pour les collectivités (50% bibliothèques publiques, 50% collectivités accueillant des publics éloignés de la lecture). On aidera aussi la promotion de la littérature belge francophone, on prévoit des bourses d’aide aux projets impactés par la crise et qui ont vu leur aboutissement avorté, ainsi qu’une aide aux libraires et une aide aux éditeurs avec des possibilités de prêts auprès du Fonds d’aide à l’édition.

3. Les festivals culturels qui ont dû être annulés pouvaient déjà bénéficier des aides de la premier tranche (15 mars-4 mai). On dégage spécifiquement pour eux 2,5 millions supplémentaires pour les semaines suivantes et la période estivale.

4. Enfin, le ministre-président Pierre-Yves Jeholet (MR) a dégagé 1 million pour soutenir la promotion de la culture à l’étranger (via Wallonie-Bruxelles International) et 1 million pour prendre en compte les pertes liées à l’annulation d’événements culturels à l’étranger.