Les directeurs du futur Centre des arts

La réhabilitation en Centre pour les Arts contemporains des anciennes brasseries Wielemens Ceupens situées à Forest prend une nouvelle tournure positive. En effet, hier soir, à l'issue d'un conseil d'administration devait être désigné le premier directeur dont les fonctions seraient officielles dès ce mois de juillet

placeholder
© Heloise Vilain
Claude Lorent

La réhabilitation en Centre pour les Arts contemporains des anciennes brasseries Wielemens Ceupens situées à Forest prend une nouvelle tournure positive. En effet, hier soir, à l'issue d'un conseil d'administration devait être désigné le premier directeur dont les fonctions seraient officielles dès ce mois de juillet. Sous la présidence du collectionneur Herman Daled, le comité a choisi Dirk Snauwaert (1960), un historien de l'art belge néerlandophone dont l'essentiel du parcours artistique est marqué de trois étapes. La première à la Société des Expositions au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles où il assumait sous la direction de Piet Coessens la programmation et la coordination des expositions d'art contemporain «Antichambre». La seconde à Munich où il dirigea le Kunstverein et la troisième actuellement en France en tant que Chief Curator à l'Institut d'Art Contemporain de Villeurbanne (Lyon). Membre de diverses associations internationales, il est aussi auteur de textes sur l'art contemporain et curator indépendant, titre sous lequel il est actuellement et jusqu'en 2005 co-commissaire des manifestations Revolution/Restoration au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles.

Le comité a également désigné sa collaboratrice qui sera Chief Curator : il s'agit de Anne Pontégnie, historienne d'art francophone, active depuis la fin des années nonante, elle a notamment réalisé en collaboration au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles les expositions Alighiero Boetti et Douglas Huebler et fut récemment invitée en tant que co-commissaire de la Biennale de Lyon. Collaboratrice ponctuelle à Artforum, elle a aussi fondé One Two Three et organisé en collaboration avec la galeriste Catherine Bastide, une exposition Mike Kelley et Franz West à Bruxelles.

Un laboratoire

Tous deux affichent un profil d'intérêt artistique nettement orienté sur les valeurs internationales émergeantes ayant néanmoins déjà acquis une solide réputation. Cela confirme les intentions du Centre d'art d'être un laboratoire, un lieu d'expérimentation de l'art actuel dans lequel les artistes invités pourraient produire des oeuvres et des projets inédits. Le lieu serait aussi un carrefour de rencontres et de débats sur l'art actuel.

Les travaux dont le financement est acquis, devraient débuter en 2005 et prendraient normalement un an et demi. Subsiste un problème épineux pour cette initiative privée : le financement du fonctionnement après son ouverture officielle prévue fin 2006.

Les besoins en la matière et vu les ambitions internationales, se chiffrent entre 1 et 1,5 millions d'euros annuellement. Les organisateurs espèrent un montage financier qui rassemblerait les deux communautés, et la Région bruxelloise. Etant donné l'état actuel des finances surtout en Communauté française, le pari n'est pas encore gagné et pourtant l'existence à Bruxelles d'un Centre d'art contemporain n'est pas seulement souhaitable, il est une nécessité pour tous nos plasticiens, pour autant qu'ils soient conviés à y participer.

© La Libre Belgique 2004