Accord sur 64 contrats-programmes

Mercredi, le gouvernement de la Communauté française a accordé le Pathé Palace au projet «Cinéma Palace» présenté par les frères Dardenne, le producteur Patrick Quinet, Eliane du Bois de Cinélibre/cinéart et Nicole La Bouverie. Le Palace se transformera donc en un pôle de programmation cinématographique pour les films d'art et d'essai avec, de plus, un volet éducatif (lire nos éditions précédentes).

Guy Duplat

Mercredi, le gouvernement de la Communauté française a accordé le Pathé Palace au projet «Cinéma Palace» présenté par les frères Dardenne, le producteur Patrick Quinet, Eliane du Bois de Cinélibre/cinéart et Nicole La Bouverie. Le Palace se transformera donc en un pôle de programmation cinématographique pour les films d'art et d'essai avec, de plus, un volet éducatif (lire nos éditions précédentes). Le gouvernement, sous l'instigation du ministre Nollet, a voulu d'autre part éviter que ce nouveau cinéma avec quatre salles, de gros moyens et un lien avec un distributeur, ne bénéfice d'une sorte de monopole qui gênerait les autres cinémas d'art et d'essai: le Vendôme, l'Actor's studio, le Nova, le Flagey et surtout l'Aremberg Galeries qui avait présenté un projet concurrent. D'autant plus que des tensions existent entre divers acteurs du dossier. L'exécutif demande qu'une charte liant tous les opérateurs de ce type de cinéma soit signée, qui doit éviter tout monopole qui nuirait à une salle, empêchant une diffusion «équilibrée» des films.

Aide au festival de Wallonie

Par ailleurs, Olivier Chastel, le ministre des Arts de la Scène, a fait accepter le renouvellement de 64 contrats-programmes en théâtre, danse et littérature dont certains attendaient depuis des années. Ces contrats représentent la moitié de son département! Il se réjouit «d'avoir pu pérenniser ces institutions et de leur offrir un traitement équitable » : une indexation annuelle jusqu'en 2007, soit une dépense totale supplémentaire sur la période de 4,4 millions d'euros. Les autres opérateurs qui devront encore renouveler leurs contrats-programmes auront droit au même traitement. Certes, un traitement égal signifie ne pas faire de choix: «J'ai paré au plus pressé, répond Chastel. Ce n'est pas en trois mois que je pourrais définir une politique culturelle, ce sera la tâche de la prochaine législature.»

Certains seront contents, comme le festival de Wallonie qui dans un premier temps voyait sa subvention diminuer fortement. Un rabiot du ministre du Budget lui permettra de conserver ses budgets 2004 et de les indexer les années suivantes. Le festival restera présent à Bruxelles. Le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles bénéficiera, lui, de nouveaux contrats-programmes qui permettent à la Communauté française de rééquilibrer un peu sa présence au PBA face à la Flandre. Pour l'ORW, par contre, le gouvernement reste ferme. C'est rien que l'indexation même s'il n'exclut pas une renégociation en 2006, offre 111000 € de plus à partir de 2007 et étudiera les aides possibles de la Loterie. Cela suffira-t-il à calmer l'ire au bord de la Meuse? On en doute.

© La Libre Belgique 2004