Et si le Flagey devait fermer...

Dans quelques jours, on devrait connaître le nom du prochain ministre de la Culture. Les pronostics placent en favori Christian Dupont (PS), ministre sortant s'il n'obtient pas l'enseignement (il partageait la Culture avec le MR Olivier Chastel). Il a laissé entendre qu'il était ravi des compétences culturelles qu'il a découvertes depuis deux ans. Mais ce maroquin ne sera pas de tout repos. Le budget reste obstinément étriqué.

placeholder
© BAUWERAERTS
Guy Duplat

Dans quelques jours, on devrait connaître le nom du prochain ministre de la Culture. Les pronostics placent en favori Christian Dupont (PS), ministre sortant s'il n'obtient pas l'enseignement (il partageait la Culture avec le MR Olivier Chastel). Il a laissé entendre qu'il était ravi des compétences culturelles qu'il a découvertes depuis deux ans. Mais ce maroquin ne sera pas de tout repos. Le budget reste obstinément étriqué. Les perspectives jusqu'en 2007 sont grises et les dossiers difficiles s'amoncellent: doublement du budget de la commission du film, aides aux musiques non classiques, aides aux bibliothèques, contrats-programmes à rediscuter pour Charleroi/Danses, le Varia et la Balsamine, le Théâtre de la Place qui réclame un quasi doublement de ses aides, le Théâtre National qui ne reçoit pas un euro de plus pour l'ouverture du Jacqmain, les Halles de Schaerbeek qui n'ont pas de budget suffisant, etc... L'ORW reste aussi à l'agenda. L'Opéra de Liège avait hurlé quand le gouvernement lui avait refusé les augmentations promises par le ministre Ducarme. Son directeur, Jean-Louis Grinda avait reçu des assurances des libéraux MM. Monfils, Michel et Reynders au moins pour la prochaine saison. Mais qu'en sera-t-il maintenant que le MR est dans l'opposition à la Communauté?

Pour se sortir de ce guêpier, le budget de la Culture doit être augmenté, des priorités doivent être établies et des synergies budgétaires devraient être stimulées avec les Régions comme le reclame le mémorandum des Académies (lire ci-dessus).

Un dossier particulièrement urgent est celui de Flagey. Bernard Boon Falleur, le dynamique administrateur-délégué n'aime pas les menaces ou l'agitation médiatique. Il a toujours préféré le dialogue serein avec tous. Mais aujourd'hui, il est très inquiet, nous dit-il. Si après deux ans de discussions vaines, la Communauté française persiste à refuser tout subside culturel au Flagey, celui-ci pourrait fermer. Pas moins.

Un loyer dérisoire

Le succès public du Flagey qui vient de fêter son 250000e visiteur en 20 mois à peine, son importance dans le quartier et la qualité artistique du programme préparé par France De Kinder n'y changent rien: les subsides publics se font toujours attendre. Les entreprises privées mécènes, qui, à la demande expresse de Charles Picqué, ont massivement investi dans un partenariat exemplaire avec le secteur public, dans le sauvetage du bâtiment, l'ont toujours dit: elles ne peuvent indéfiniment aider le programme culturel. Dès l'entame, les dirigeants du Flagey avaient bien dit qu'il leur faudrait 1,5 million d'euros annuels de subsides publics pour équilibrer leurs comptes et continuer leur travail dans la musique contemporaine, le jazz, le cinéma, etc., mais, hélas, rien n'a vraiment bougé.

Les partenaires privés cèdent déjà les locaux culturels pour un loyer dérisoire: un «cadeau» qui vaut 800000 euros par an. Mais faute de subsides publics, ils ont dû, de plus, reprendre cette dette d'1,5 millions d'euros la première année. La seconde année, la Communauté flamande a bien assumé sa part (500000 euros), la Région bruxelloise a fait un effort mais la Communauté française elle est restée muette (elle n'a accordé que 9000 euros, soit 55 fois moins que demandé). Le privé devra donc à nouveau payer le million de déficit, mais il a déjà dit qu'il ne pourrait plus continuer à le faire, et cela à très courte échéance confirme Bernard Boon Falleur. Si on veut que Flagey poursuive sa politique actuelle, la Communauté française devra l'aider à concurrence de 500000 euros par an. Faute d'aides francophones, on peut craindre, ajoute l'administrateur-délégué, que la Communauté flamande refuse de rester seule à subsidier une institution au moins aussi francophone que néerlandophone.

L'impéritie du chantier

Bernard Boon Falleur souligne tous les efforts que Flagey a déjà réalisés. Le «paquebot» a d'abord dû lutter contre les nuisances des grands travaux pour le bassin d'orage qui bloquent toute la place. «L'impéritie dans la gestion de ce dossier», a fait exploser le budget des travaux et le délai de réalisation. La place Flagey new look aurait dû naître en 2003, on peut l'espérer en 2008 ou 2009. «Cela entraîne des coûts de parkings pour les locations des salles et diminue donc l'attrait vers Flagey», regrette-t-il. Pour le reste, le mécénat et le sponsoring (600000 euros par an) et le taux de remplissage des salles (plus de 70 pc) sont conformes ou supérieurs aux attentes. Des synergies sont étudiées avec le Palais des Beaux-Arts pour la billetterie. Un dossier va être introduit pour bénéficier éventuellement des accords de coopération entre le fédéral et la Région bruxelloise.

Bernard Boon Falleur estime que Flagey a fait tout ce qui était possible. «Et face à nous, la Communauté française répète qu'elle est désargentée. Mais je vois qu'elle trouve régulièrement des moyens qu'elle distribue alors de manière arbitraire. Elle a acheté le Pathé Palace pour 200 millions de francs, y a fait de gros frais et l'offre aujourd'hui, pour en faire une salle de cinéma d'art et d'essai qui viendra concurrencer ce qui existe déjà et affaiblir le réseau existant de ces salles». Il réclame une plus grande clarté dans les politiques de subsidiation: «Investissons plus dans les artistes et moins dans les briques. Et pourquoi pas un benchmarking, une étude comparative des institutions subsidiées: quel public y va, les artistes présentés, le sponsoring et le mécénat dont elles bénéficient -sponsoring et mécénat ne sont pas assez soutenus- et les subsides publics qu'elles reçoivent. La comparaison serait intéressante.»

© La Libre Belgique 2004