Faut-il une politique plus élitiste?

Lors de cette réunion des états généraux consacrée à l'exportation de nos artistes, les rôles du CGRI et de l'Awex, les organes pour l'exportation de la Communauté et de la Région, ont été mis en cause. Philippe Suinen, qui dirige les deux, répond. Il souligne d'abord qu'en 2004, ces deux organismes ont consacré 2,33 millions d'euros à soutenir la culture à l'étranger.

G.Dt

Lors de cette réunion des états généraux consacrée à l'exportation de nos artistes, les rôles du CGRI et de l'Awex, les organes pour l'exportation de la Communauté et de la Région, ont été mis en cause. Philippe Suinen, qui dirige les deux, répond. Il souligne d'abord qu'en 2004, ces deux organismes ont consacré 2,33 millions d'euros à soutenir la culture à l'étranger. Et le Théâtre des Doms, parfois mis en cause, a permis dit-il, 750 mises en contact avec des distributeurs, des acheteurs et des diffuseurs du sud de l'Europe. Pour l'avenir, il veut répondre à la complexité de notre paysage institutionnel (un duo région-communauté peu lisible) par l'instauration d'un guichet unique pour tous les opérateurs culturels qui y trouveraient, de manière plus claire, les incitants possibles à l'exportation. Il y a de plus un «engagement humain» (présence dans les marchés et les foires), pris en charge par les agences spécialisées Wallonie-Bruxelles installées au Flagey.

Philippe Suinen pose quelques questions de fond: doit-on continuer, dit-il, des opérations de prestige (type expo Brel) qui accroissent la visibilité de la Communauté mais ne servent pas directement les créateurs belges? Faut-il d'autre part continuer à aider les liens culturels avec quelques pays privilégiés par notre coopération ou faut-il diminuer cette discrimination positive et se tourner aussi vers les Etats-Unis ou l'Australie pour y faire connaître nos créateurs? Faut-il, enfin, une politique élitiste comme le fait la Flandre (avec ses ambassadeurs culturels) et miser davantage sur les seuls meilleurs? Philippe Suinen reste partisan d'un service universel d'aides à tous les artistes «sous peine, dit-il, de glisser vers une culture d'Etat».

© La Libre Belgique 2005