Un invest pour doper la culture

La Région wallonne et la Communauté française, ensemble, vont créer "Start". Un fonds d'investissements de10 à 20 millions d'euros pour soutenir la culture. Un projet qui élargit le modèle de Wallimage et est ouvert à la Région bruxelloise.

guy duplat
Un invest pour doper la culture
©Johanna de Tessières

Leur triple présence est aussi un message politique qu'ils veulent donner : la nouvelle architecture institutionnelle au sud du pays, avec les régions comme bases et la Communauté comme lien, devrait être un "plus" pour la culture. Rudy Demotte, qui cumule les deux postes de président, veut montrer que c'est tout bénéfice pour les matières communautaires, souvent désargentées et qui peuvent ainsi s'appuyer sur les régions.

Costumes et "Wallipage"

"Start" devrait être le nom de ce fonds d'investissement qui serait opérationnel en 2009. "Start" car dans les lettres de ce nom, on retrouve "art". "Start" est destiné à soutenir les projets culturels en Wallonie et à Bruxelles, en mettant à leur disposition des prêts dans des conditions plus avantageuses et plus souples que celles offertes par les banques. Un outil d'autant plus bienvenu que l'actuelle crise financière rendra l'octroi de crédits encore plus difficile, les banques exigeant des garanties souvent inaccessibles aux opérateurs culturels. Les projets culturels étant souvent, par nature, plus "risqués". "Start" agira comme "Wallimage" qui investit dans des projets cinématographiques. "Start" peut aussi encadrer et aider dans leurs projets des créateurs parfois peu au fait des impératifs de gestion.

Les trois ministres ont cité plusieurs exemples de projets possibles : dans les nouveaux médias comme la création de jeux vidéos, pour aider l'industrie musicale ou la production de grands événements culturels. Ou encore des initiatives dans l'édition (Demotte parle, en boutade, d'un "Wallipage"). D'autres exemples plus précis encore sont donnés : comme une société qui louerait des gradins pour des spectacles, ou une autre qui centraliserait la production et l'échange de costumes, ou un théâtre qui se rénove ou une compagnie de danse qui veut s'exporter et créer une société à cet effet.

"Start" sera public et privé : la région wallonne et la Communauté apporteront une large partie du capital de départ et ils espèrent attirer aussi des actionnaires privés pour atteindre, dès 2009, 10 à 20 millions d'euros. Ensuite, on espère que les investissements seront souvent rentables et permettront au fonds de se régénérer comme cela se passe à Wallimage.

"Start" vise donc les projets à la frontière entre culture et économie, en Wallonie et à Bruxelles. La Communauté continuant bien sûr, souligne Fadila Laanan, à soutenir la création risquée et la culture non-marchande.

Aider le plan Marshall

Déjà, la culture bénéficie d'importants apports de la région wallonne. Nombre de musées ont ainsi une partie de leur personnel à charge de la région. Jean-Claude Marcourt souligne que ces collaborations région-Communauté ont pu faire aboutir à Liège de gros projets comme les Grignoux ou le financement de l'Emulation (le futur théâtre de la Place). Une collaboration du même type, rappelle Fadila Laanan a permis le vaste projet de numérisation des archives de la RTBF.

"Start" est donc un nouvel outil qui s'ajoute aux aides actuelles; il ne se substitue pas non plus à la nécessité répétée par les trois ministres d'étendre le tax shelter (le dégrèvement fiscal) à d'autres domaines que le cinéma (le patrimoine et les arts vivants par exemple).

Pour Demotte, la nouvelle architecture institutionnelle "permet d'être plus efficace et cohérent. L'économie de la créativité passe par la culture, la culture fournissant quelque 3 pc du revenu intérieur wallon. La culture, comme on l'a vu avec Wallimage et les prix gagnés par nos cinéastes, permet de renouveler l'image de la Wallonie. Elle est indispensable au plan Marshall. Dans l'idée même du développement durable, il y a la nécessité de soutenir la culture."

"Wallimage, poursuit Marcourt, a créé un cercle vertueux de stimulation économique et culturelle. Il a suscité des vocations et le retour de talents en Wallonie."

"Start" est ouvert aux projets bruxellois et la région bruxelloise pourrait en devenir actionnaire comme elle le sera déjà de Wallimage a annoncé Picqué.

Co-produire avec la Flandre

En matière de cinéma, précisément, Fadila Laanan rappelle qu'elle a encore injecté cette année un million d'euros de plus dans notre cinéma et annonce que sera créé un fonds spécifique pour les coproductions qui impliquent aussi la Communauté flamande. La Loterie nationale va garantir 450000 euros chaque année pour des films soutenus par la Communauté française et qui sont coproduits par la Flandre. En sens inverse, il y aura 675000 euros pour des films flamands qui sont coproduits par le sud du pays. Un fonds qui montre que les deux Communautés peuvent coopérer, même sans un accord culturel en bonne et due forme qu'on ne parvient pas à boucler depuis des années ! "Le climat politique le rend très difficile", estime Demotte. "Et la Communauté française se porte garant de ce montant annuel même si la Loterie venait à faire faux bond", poursuit le ministre-président.