Plein accord pour le Botanique

Nous annoncions dès le 11 septembre que le long conflit opposant la ministre de la Culture Fadila Laanan au conseil d'administration (C.A.) et à la direction du Botanique était résolu. Cela s'est confirmé, hier, par le vote par le C.A. d'un nouveau contrat-programme 2009-2013 qui le satisfait pleinement.

Guy Duplat
Plein accord pour le Botanique
©Alexis Haulot

Nous annoncions dès le 11 septembre que le long conflit opposant la ministre de la Culture Fadila Laanan au conseil d'administration (C.A.) et à la direction du Botanique était résolu. Cela s'est confirmé, hier, par le vote par le C.A. d'un nouveau contrat-programme 2009-2013 qui le satisfait pleinement.

On se souvient que derrière les succès des "Nuits du Botanique" et des divers concerts, un conflit minait ce haut lieu culturel bruxellois depuis deux ans. Le contrat-programme arrivé à échéance en 2006, n'était toujours pas renouvelé et la ministre de tutelle persistait à vouloir remplacer l'ancien co-directeur, Georges Dumortier, parti à la pension. Alors que le C.A. du Bota avait proposé un nouveau contrat-programme et voulait maintenir comme telle la direction actuelle, incarnée par la directrice nommée, Annie Valentini, et son adjoint Paul-Henri Wauters, au nom "qu'on ne change pas une équipe qui gagne".

Puiser dans ses réserves

Dans plusieurs courriers, le C.A. s'était nettement opposé à la ministre. La situation s'est débloquée en juin, lorsque fut nommé à la surprise générale, comme nouveau président du C.A., Jean Demannnez, déjà administrateur du Bota et bourgmestre de Saint-Josse où se trouve le Botanique. Il incarnait le C.A. alors que le candidat de la ministre et du P.S., était Henri Simons, qui fut recalé à ce test. Il n'y aura donc pas d'appel à candidatures ou de nouvelles discussions sur ce sujet. Annie Valentini, nommée à ce poste pour une durée indéterminée, est donc confirmée jusqu'à sa pension. La procédure d'appel à candidatures ne vaut qu'en cas de futur nouveau directeur général.

Le nouveau contrat-programme négocié dans la foulée, par Jean Demannez et Annie Valentini, confirme que tout est réglé comme le voulait le Botanique. Les missions dévolues au Bota sont bien celles dans lesquelles il s'est spécialisé : les musiques actuelles et les expos. Et le contrat-programme prévoit de conserver d'autres activités mises en cause par les projets précédents de la ministre : comme le festival du film gay et lesbien, le festival du film méditerranéen ou les programmes jeune public de "Pierres de lune".

Restait le budget. Deux ans de tergiversations et de non-renouvellement du contrat-programme avaient déjà fait perdre au Bota deux ans d'indexation, souligne Ecolo, soit 600 000 euros. Mais soit. Le nouveau contrat-programme part sur de nouvelles bases, acceptables par les deux parties. L'ancienne subvention de 2,718 millions d'euros par an, a été indexée et est portée à 3,025 millions en 2009, et, ensuite, indexée. Mais pour ce faire, le Bota a dû faire un geste. La ministre ayant expliqué qu'elle ne pouvait pas donner plus de 2,7 millions en 2009. Le Bota devra alors, pour cette seule année, puiser dans ses réserves "sociales", 300 000 euros (à confirmer en assemblée générale) pour arriver au buget prévu.

© La Libre Belgique 2008