Monnaie, Bozar et ONB changent de tutelle

Surprise ! Nous avons appris, par hasard, que dans le nouveau gouvernement Van Rompuy, le ministre de l’Intérieur n’a plus la tutelle sur les trois grandes institutions culturelles fédérales : le palais des Beaux-Arts, le théâtre de la Monnaie et l’Orchestre national de Belgique (ONB). Ces trois institutions passant à nouveau dans le giron du Premier ministre, Herman Van Rompuy.

Guy Duplat
Monnaie, Bozar et ONB changent de tutelle
©D.R.

Surprise ! Nous avons appris, par hasard, que dans le nouveau gouvernement Van Rompuy, le ministre de l’Intérieur n’a plus la tutelle sur les trois grandes institutions culturelles fédérales : le palais des Beaux-Arts, le théâtre de la Monnaie et l’Orchestre national de Belgique (ONB). Ces trois institutions passant à nouveau dans le giron du Premier ministre, Herman Van Rompuy.

La valse des tutelles continue donc. On se souvient des chapitres précédents. Ces institutions ont longtemps fait partie de la politique scientifique comme les grands musées. Mais elles en ont été détachées il y a cinq ans, pour venir sous la tutelle du Premier ministre d’alors, Verhofstadt.

Mais surprise, déjà, il y a un an, lors de la constitution du gouvernement provisoire de Verhofstadt après la longue crise politique, les trois institutions passaient chez le ministre de l’Intérieur, Patrick Dewael (VLD comme Verhofstadt).

C’était une surprise car les dirigeants de ces institutions répétaient, depuis des années, leur bonheur de dépendre du Premier ministre car, selon eux, celui-ci était plus à même de les défendre contre les velléités de régionalisation, était mieux armé pour les aider dans les accords internationaux et plus capable de trouver l’argent pour leurs programmes. Et les voilà "relégués" chez un simple ministre !

On n’a jamais connu la raison exacte de ce transfert de compétences. Mais on pouvait supposer que les libéraux flamands (et en particulier Luc Coene, ancien chef de cabinet de Verhofstadt et président de la Monnaie) avaient souhaité garder cette compétence et ne pas la laisser chez Verhofstadt qui aurait dû la passer à Leterme quelques mois plus tard. Leterme du CD&V/NVA qui, à plusieurs reprises, avait laissé entendre qu’il voulait la régionalisation, voire la cogestion par les Communautés de ces institutions, ce que celles-ci refusent avec force.

Depuis un an, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Dewael ne s’est jamais vraiment impliqué dans ces institutions. Au point que celles-ci devaient encore discuter avec la Chancellerie du Premier ministre.

La Monnaie, Bozar et l’ONB réclamaient régulièrement le retour chez le Premier. C’est donc chose faite.

Reste pour la Monnaie à espérer obtenir ainsi plus vite les subsides promis !

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...