Débat pour la maison Bruegel à Bruxelles

Elke Sleurs constate que c’est trop cher actuellement pour le musée des Beaux-Arts. Mais Michel Draguet confirme le projet, mais en 2019.

Guy Duplat
Débat pour la maison Bruegel à Bruxelles
©REPORTERS

Elke Sleurs constate que c’est trop cher actuellement pour le musée des Beaux-Arts. Mais Michel Draguet confirme le projet, mais en 2019.


C’est un des beaux projets des musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles. Mais sur Brusselsnieuws, relayé par De Standaard, le secrétaire d’Etat à la Politique scientifique, Elke Sleurs (N-VA), a annoncé qu’il ne s’ouvrirait pas comme prévu, faute d’argent. Le coût de la rénovation de la Maison Bruegel était estimé à deux millions d’euros. Elle précise que ce n’est pas sa décision mais que « le musée n’a prévu dans son budget pendant des années que l’argent pour l’entretien du musée, pas pour la rénovation et l’installation du musée. Dans la liste de ses priorités remise par le musée, le musée Bruegel n’y est d’ailleurs pas », ajoute-t-elle.

Ce n’est pas l’explication de Michel Draguet, directeur du musée des Beaux-Arts qui nous a dit : « La ministre ne nous a jamais interrogé sur ce projet. Il n’était pas dans la liste de nos cinq priorités car c’est le Régie des Bâtiments qui s’occupe de la rénovation et qu’on ne pouvait indiquer que cinq priorités. Mais le projet demeure. Nous développons bien un « visitor’s center » sur Bruegel dans cette maison qui renverra à nos cinq Bruegel qui resteront au musée, avec une animation sponsorisée par GDF-Suez et on espère bien en plus, un partenariat avec les deux Communautés flamande et française autour de Bruegel. Notre but est d’ouvrir cette fois en 2019, lors de l’année Bruegel. »

Rappelons qu’en septembre 2017, devait s’ouvrir au 132, rue Haute, au cœur de Bruxelles, la "Maison Bruegel". Et ce « visitor’s center », avec les cinq œuvres de Pierre Bruegel l’Ancien restant au musée, cela devait vite devenir un "must" pour les visiteurs et les touristes.

L’Inspection des finances a donné son feu vert en 2013. La rénovation se serait faite par la Régie des bâtiments, le musée et des sponsors, et le fonctionnement de la "Maison Bruegel" aurait été "self-supporting", annonçait-on, payé par les entrées et le merchandising. Bruegel étant une marque mondialement connue.

Pierre Bruegel est né en 1526 près de Breda. Il demeura à Anvers et travailla entre autres comme graveur pour le grand éditeur Hieronymus Cock. En 1563, il se fiança dans la cathédrale d’Anvers avec Mayken Coecke van Aelst, la fille de son maître. Et puis, brusquement, il déménagea pour Bruxelles.

Il s’y mariera deux mois à peine après ses fiançailles à Anvers, dans l’église de la Chapelle. Pierre Bruegel vécut alors à Bruxelles avec sa famille de 1563 à sa mort en 1569, à 43 ans à peine. C’est là qu’il peignit ses plus célèbres tableaux.

Débat pour la maison Bruegel à Bruxelles
© La chute d´Icare – Bruegel


Le 132, rue Haute a toujours été appelé la maison de Bruegel, mais sans autres preuves. C’est dans cette maison qu’est mort en 1685 David III Teniers, un peintre descendant de Pierre Bruegel l’Ancien.

Elle fut sauvée en 1940 par un passionné de Bruegel, Frans Heulens, qui entreprit de la restaurer avec les Monuments et sites, de 1958 à 1969. Avec son épouse Irène Heulens-Vandermeiren, ils achetèrent aussi plus de 120 objets anciens datant de l’époque de Bruegel et qui se retrouvent sur les tableaux de Bruegel (comme des cannes). Irène Heulens-Vandermeiren, veuve, légua le tout aux musées royaux des Beaux-Arts en 2007.

Dix ans plus tard, la maison, rénovée, mise aux techniques les plus modernes, devrait donc bien rouvrir. Sera-ce le cas le 2019 ?