Philippe Degeneffe, nouveau directeur du manège.mons

Il succède à Yves Vasseur et était déjà le commissaire général de Mons 2015. Portrait.

Portrait > Guy Duplat
Philippe Degeneffe, nouveau directeur du manège.mons
©Mons 2015

Le Conseil d’administration du manège.mons a désigné, vendredi, le successeur d’Yves Vasseur comme directeur. Un choix très important car le manège.mons est en terme d’emplois (cent personnes) et de moyens financiers, une de plus grosses institutions culturelles en Communauté française. Il s’agira d’autre part, de gérer l’après Mons 2015, le dynamisme à conserver et la diminution de subsides qui s’annonce.

Yves Vasseur fut à la base de la construction du manège.mons, il y a 14 ans, regroupant en un pôle unique le théâtre du Manège, l’ensemble Musiques nouvelles (et les salles Arsonic), la maison-folie, la gestion du théâtre royal.

Le C.A. a approuvé le choix du jury. Il y avait trois candidats : Roland de Bodt, directeur de recherches à l’observatoire des politiques culturelles, Jean-Paul Dessy, directeur de Musiques nouvelles et Philippe Degeneffe qui fut finalement choisi.


Auprès de Dragone

Agé de 52 ans, Philippe Degeneffe, né et vivant toujours à Ecaussines, travailla quinze ans au Centre Culturel de La Louvière qu’il dirigea pendant 5 ans. Il œuvra ensuite pendant 11 ans aux côtés de Franco Dragone en tant que vice-président de l’entreprise. Il a ensuite rejoint la Fondation Mons 2015 et devint commissaire général adjoint de l’événement aux côtés d’Yves Vasseur depuis janvier 2014.

Il prendra immédiatement fonction à temps partiel aux côtés d’Yves Vasseur, afin notamment de préparer le très délicat prochain contrat-programme du manège.mons (le dossier doit être présenté le 31 mars) et les nombreux défis de l’après Mons 2015. Il assumera pleinement ses fonctions de directeur général à partir du 1er mars.

Ceux qui travaillent avec lui à Mons 2015 en disent beaucoup de bien : « Un homme de dossiers, un gestionnaire de terrain « orienté solutions » qui a réglé entre autres tout le problème de la sculpture d’Arne Quinze qui s’était effondrée. Un homme respectueux aussi, voire humble, qui devrait largement laisser la liberté artistique à Daniel Cordova pour le théâtre et Jean-Paul Dessy pour la musique. Enfin, un homme qui connaît très bien le terrain local et les enjeux régionaux. »


Musiques non classiques

Il ne veut pas encore rendre public tout son projet mais on sait qu’il se base sur Mons 2015 et la « dynamique transversale » créée. Pas question de « détricoter » le manège.mons : « Au contraire, nous dit-il, je voudrais encore diversifier, entre autres vers les musiques non classiques, replaçant la salle Alhambra, voire d’autres salles de Mons, dans le giron du manège.mons. »

Il nous a redit son souci de continuer l’équilibre entre une culture de qualité (il approuve totalement des spectacles comme ceux de Mouawad) et une culture ouverte au grand public. Dans son projet, il indique vouloir accentuer la diffusion, diminuant le poids de la création. Enfin, il ira à Maubeuge voir comment peut continuer la collaboration entre les Manèges des deux villes.