"L’Onem ne doit pas être le premier employeur des artistes"

"L’Onem ne doit pas être le premier employeur des artistes"
©belga
Passé le vote des mesures d’urgence, les 50 fédérations d’artistes n’entendent pas en rester là. "Il faut changer le logiciel. L’ancien est périmé", résume Pierre Dherte (Union des artistes du spectacle), convaincu malgré les incompréhensions qu’il est possible "de travailler en collaboration et en confiance avec les politiques et les administrations"....

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...