Agonisants, les arts de la scène espèrent reprendre leur souffle après le CNS : "Le silence des pouvoirs publics dépasse l’injure"

Fortement fragilisés par la crise sanitaire, les arts de la scène se retrouvent dans une impasse totale à la suite du CNS du 27 juillet. À quinze jours de la rentrée, la colère gronde et les inquiétudes sont vives.

Agonisants, les arts de la scène espèrent reprendre leur souffle après le CNS : "Le silence des pouvoirs publics dépasse l’injure"
©AFP
"On est tous en suspens. Cette décision du Conseil national de sécurité (CNS) du 27 juillet de limiter les jauges à 100 personnes en intérieur (et 200 en extérieur, NdlR) , c’est, excusez-moi du terme, complètement crétin !", ne décolère pas l’humoriste et auteure Zidani, qui présentera son nouveau spectacle, Les Pingouins à l’aube, en octobre au W:Hall, mais dont la campagne de promotion en août vient d’être annulée, faute de perspectives claires. " Cela n’a aucun sens. Cela signifie que le Théâtre de Mons, qui fait 2 000 places, ne peut accepter que 100 personnes, là où le Kings of Comedy Club, qui a une jauge plus petite (80 spectateurs, NdlR), sera complet....

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité