"S’il n’y a pas un relâchement maintenant du CNS par rapport à la culture, ce serait vraiment un mauvais signe"

Les premiers à fermer leurs portes et les derniers à rouvrir. Tel est le principe qui guide, depuis le début de la pandémie de Covid-19, la gestion de la propagation du virus en regard du monde culturel (concerts, cinémas, théâtres, festivals…).

"S’il n’y a pas un relâchement maintenant du CNS par rapport à la culture, ce serait vraiment un mauvais signe"
©shutterstock
Il aura fallu attendre le Conseil national de sécurité (CNS) du 3 juin pour que le secteur culturel puisse enfin avoir des perspectives quant aux conditions de réouverture et d’accueil du public. Puis celui du 24 juin pour lui redonner un peu de souffle (et d’espoir) pour l’été. Mais le répit n’a...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité