Bozar : les syndicats réclament une "sortie immédiate" de Paul Dujardin

Un nouveau signe du divorce entre syndicats et Dujardin.

Bozar : les syndicats réclament une "sortie immédiate" de Paul Dujardin
©BELGA

Mercredi, dans une lettre ouverte, les syndicats de Bozar ont plaidé “pour une sortie immédiate du directeur intérimaire actuel” (Paul Dujardin) qui selon eux se serait montré “absent du suivi de la crise sanitaire”, mais aurait aussi “géré de façon irresponsable le choc de l’incendie”. Dans un mail envoyé à notre rédaction, le front commun syndical de Bozar écrit que M. Dujardin a notamment voulu "faire intervenir le personnel d’entretien au coeur même d’un bâtiment non encore sécurisé, pour racler l’eau projetée par les pompiers". Les représentants syndicats l'accusent aussi d'avoir proféré "menaces, pressions, chantage à l’emploi auprès de membres du personnel, encore sous le choc de l’incendie"

Après déjà deux motions de désaveu, c’est un nouveau signe du divorce entre les syndicats de Bozar et Paul Dujardin.

Dans les faits, il ne sera plus CEO ad interim de Bozar dès ce vendredi. La ministre Sophie Wilmès l’ayant déjà déchargé de cette fonction, le Conseil d’administration prendra les mesures conservatoires nécessaires en répartissant les tâches de CEO entre divers membres du comité de direction dont Dujardin ne sera plus. Mais celui-ci se verra confier des tâches précises au moins jusqu’à fin 2021.

Le CA devait aussi lancer un nouvel appel à candidatures pour le poste de directeur-général, et il est vraisemblable que Paul Dujardin ne se présentera plus malgré l’énorme travail accompli en vingt ans.

Comme on le sait, Sophie Wilmès veut aussi dépolitiser davantage les CA des trois institutions dont elle a la tutelle : Bozar, Monnaie et ONB. Pour ça, elle a lancé un appel public à candidatures pour la trentaine de nouveaux administrateurs qui seront cette fois choisis, dit-elle, sur base de leur expérience et de leur expertise culturelle excluant les représentants politiques. Mais ne va-t-on pas assister à un conflit d’interprétation sur l’implication du Pacte culturel qui prévoit que les administrateurs doivent refléter les différentes sensibilités politiques du pays sur base du résultat des dernières élections ? La ministre précise le faire sur base de l’article 9c du Pacte culturel. Hugues Dumont professeur de droit constitutionnel à l’université Saint-Louis, spécialiste de ce Pacte nous confirme qu’il faut alors flanquer les CA de commissions consultatives sans pouvoir de décision mais qui peuvent donner des avis ou alerter. Ces commissions devant, quant à elles, veiller aux équilibres idéologiques. Les utilisateurs ayant, comme les tendances idéologiques et philosophiques, le droit d’être représentés dans cette commission consultative.