"Le secteur culturel réclame un calendrier clair et des aides supplémentaires"

Le secteur de la culture réclame "un calendrier clair et non conditionné à l'évolution des chiffres de la pandémie" ainsi "que des aides financières supplémentaires", a réagi vendredi Samuel Tilman, porte-parole de l'Union de professionnels des arts et de la création - pôle travailleur (UPAC-T), alors qu'aucun assouplissement n'a été annoncé pour la culture par le comité de concertation

"Le secteur culturel réclame un calendrier clair et des aides supplémentaires"
©bortels
belga

. "L'insécurité pèse sur les employeurs et travailleurs. Des perspectives restent essentielles pour savoir quand nous sortirons du tunnel", souligne Samuel Tilman.

Des aides financières supplémentaires vont aussi être réclamées. "Il faut venir en aide aux secteurs affectés et aux travailleurs", ajoute le porte-parole, parlant de "catastrophe sociale".

Si des aides ont été libérées pour un certain nombre de travailleurs, cela n'a pas permis d'aider tout le monde, pointe encore Samuel Tilman. "Ceux qui étaient au statut d'artiste avaient normalement des revenus complémentaires. Ils vivent aujourd'hui avec 1.000 euros par mois en moyenne. Ceux qui n'étaient ni indépendant, ni sous statut, sont aujourd'hui au CPAS."

Pour l'union professionnelle, il y a certes le risque sanitaire mais il faut aujourd'hui intégrer dans les décisions du gouvernement les risques psychologiques, sociaux, économiques, démocratiques. "La culture doit être vue par le gouvernement comme un partenaire pour traverser une crise devenue structurelle."

L'UPAC-T et d'autres acteurs du monde de la culture ont rencontré, vendredi avant le Codeco, le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet (MR). Ils s'étaient déjà entretenus quelques jours plus tôt avec le Premier ministre Alexander De Croo. "C'est la première fois qu'on a eu des interlocuteurs directs. Il y a une prise de conscience du politique que la culture a été laissée pour compte. Le dialogue semble s'ouvrir, alors que c'était trop peu le cas jusqu'à présent." Le secteur espère pouvoir rencontrer le ministre fédéral de l'Economie, Pierre-Yves Dermagne, dans les prochains jours.

L'UPAC-T réunit une quinzaine de fédérations défendant les intérêts des travailleurs de diverses disciplines (arts plastiques, audiovisuel/cinéma, arts vivants, bande dessinée, illustration, musiques).