#StillStandingForCulture, mais pas seulement : 250 actions programmées aux quatre coins de la Belgique ce samedi

Près de 250 actions sont programmées aux quatre coins de la Belgique. Parmi elles, des théâtres, cinémas, centres culturels… ont choisi 13h13, heure symbolique, pour rouvrir leurs portes pendant treize minutes, pour treize spectateurs, etc. Tour d’horizon non exhaustif et résolument transdisciplinaire.

#StillStandingForCulture, mais pas seulement : 250 actions programmées aux quatre coins de la Belgique ce samedi
©JC GUILLAUME
M.Ba. St. Bo.

"Sommes-nous condamnés à être des variables d’ajustements ? Si oui, quelles en seront les conséquences ?" Après trois premières opérations de sensibilisation et visibilisation des dommages causés par la crise Covid (en juin, janvier et février), toujours plus largement suivies, le mouvement #StillStanding se déploie à nouveau, pour marquer un an de confinements ciblés.

"Manifestons dans les vitrines des bars, restaurants et bistrots de nos quartiers. Avec un happening, une installation ou des affiches, marquons cet anniversaire en alliant nos colères face à cette gestion de la crise qui consiste à opposer les secteurs entre eux en fermant les vannes de certains pour laisser celles des autres ouvertes."

Convergence des luttes

#StillStandingForCulture, certes, mais pas seulement. Dès l’origine, le mouvement a veillé à n’exclure aucun des secteurs en souffrance : santé, Horeca, écoles et universités, réfugiés… Et rappelé l’iniquité de leur mise en concurrence dans les mesures sanitaires édictées par les autorités. Ce samedi 13 mars, #StillStandingForCulture réaffirme donc que "le ‘modèle’ de société à l’œuvre depuis un an n’a rien d’une évidence rationnelle ni d’une fatalité sanitaire".

"Il s’agit de choix idéologiques qu’il est devenu urgent de rectifier. Nous voulons des rééquilibrages solidaires et non des assouplissements !" martèle le mouvement. Et ce, "afin que tous les pans de la société trouvent leur place dans une période qui s’est installée dans le long terme". D’où l’appel à exprimer, diversement et partout, "d’autres récits sur la crise".

En tout, près de 250 actions sont programmées aux quatre coins de la Belgique. Parmi elles, des théâtres, cinémas, centres culturels… ont choisi 13h13, heure symbolique, pour rouvrir leurs portes pendant treize minutes, pour treize spectateurs, etc.

Tour d’horizon non exhaustif et résolument transdisciplinaire.

Des files, des visites, un marché…

"Distanciation, masques et parapluies obligatoires", annonce le 140 qui, samedi, mêlera danse (Hippolyte Bohoua), dessin (Aline Breucker), slam et DJ (Chazam), mais aussi radio. Non loin de là, à Schaerbeek, sur la place autour de la Balsa, c’est milonga à ciel ouvert, avec l’association TangoQuerido.

Côté canal, le Kaaitheater s’allie aux collectifs K.A.K. et CREW pour envahir la rue des cris robotiques De Ongehoorden (les Inentendus).

Comme lors de l’action précédente, le 20 février, ce 13 mars les files seront de mise, notamment dans le quartier Matonge, à Ixelles, où s’allient le cinéma Vendôme, Muziekpublique et le Théâtre Molière.

À Genappe, le Monty et le Tof Théâtre ouvrent le Monty Bazar : "Venez faire le plein de culture dans les mêmes conditions sanitaires que si vous alliez faire vos courses." En rayon : marionnettes en vrac (et bio !), droguerie poétique, agence de voyages visuels…

À La Louvière, l’équipe de Central a imaginé un Muséum de la culture vivante. Avec humour et ironie, des visites guidées seront proposées par les "experts" de Central pour faire découvrir ce qu’était la culture avant.

Aux portes du Palais des Beaux-Arts de Charleroi, à 13 h 13, de jeunes chanteurs, coachés depuis trois mois par une équipe professionnelle, entonneront quelques grands airs de La Flûte enchantée. Ils le feront en chœur, avec toute l’équipe du PBA, pour briser le silence et sortir de l’indifférence.

À Liège, dès 15 h, seront formées quatre files devant des lieux culturels fermés (l’Anvert, CC Kali, cinéma Sauvenière) ou autrement symboliques (Université XX août). Les files convergeront ensuite vers le palais de justice. Cette marche s’inspire d’une chorégraphie (au niveau des bras) de Pina Bausch : la Nelken Line.

Le Centre d’art BUDA Kortijk diffusera à 20 h 15 sur sa plateforme et dans l’espace public le court-métrage de Madeleine Fournier et Andrea Baglione Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, filmé en camera obscura qui renverse les images.

Rendez-vous est fixé par Mars - Mons Arts de la Scène à 13 h pour faire la file à l’extérieur des lieux culturels fermés au public : cinéma Plaza Art, Arsonic, Théâtre royal, Théâtre le Manège et Mundaneum.

Sur le même sujet