Codeco : le secteur culturel veut des garanties d'une reprise "normale" dès le 1er septembre

Le secteur culturel demande aux gouvernements des perspectives claires et pérennes en vue de la saison à venir.

placeholder
© AP Photo
St.Bo.

À la veille du Comité de concertation (Codeco) qui est prévu ce vendredi 16 juillet (mais qui est finalement reporté en raison des intempéries), le secteur culturel a tenu, par voie de communiqué, à rappeler au gouvernement qu'il attendait de lui qu'il tienne sa promesse, à savoir "assurer une reprise complète des activités culturelles en intérieur et en extérieur dès le mois de septembre, sans mesure sanitaire contraignante injustifiée". Il s'appuie, pour ce faire, sur les études européennes et internationales réalisées dès 2020 et les résultats de la phase de tests en Belgique qui "ont démontré sans équivoque que les activités culturelles peuvent être organisées de manière sûre engendrant un risque de contamination marginal par rapport à d’autres activités et d’autres secteurs".

"Notre reprise d’activités à 100% de nos jauges est un enjeu crucial économique et sociétal, assure le secteur. Les citoyens ont besoin de culture ; elle est une contribution essentielle à la vie en société. Le secteur culturel a jusqu’ici payé un lourd tribut à la crise sanitaire. Il n’acceptera plus de mesures discriminatoires entre les secteurs".

Cette reprise normale doit, toutefois, "s’accompagner du maintien des aides économiques, des mécanismes de compensation et des mesures de protection sociale, plaide le secteur, car les effets de la crise vont se prolonger au-delà de 2022". "L’engorgement consécutif aux reports de centaines de spectacles, les embouteillages dans les salles... justifient la prolongation de mesures de soutien aussi longtemps que nécessaire car tout le monde ne pourra pas reprendre immédiatement."

Extension "problématique" du Covid Safe Ticket

Alors que les autorités réfléchissent à étendre le Covid Safe Ticket à des événements de plus petite envergure, "le secteur culturel – qui n’a pas été concerté - souligne, outre des questions juridiques et éthiques fondamentales (dont les enjeux socio-culturels pour les publics fragilisés, les jeunes, les publics scolaires, …), des difficultés de mise en oeuvre pratique pour les opérateurs : gestion des billetteries avec des tickets déjà vendus, contrôles, coût etc. De plus la mesure ne serait-elle pas disproportionnée au regard des taux de vaccination dans notre pays et de la sécurité démontrée des lieux culturels. Toute discrimination avec les secteurs non soumis à ce « CST » et au sein même du secteur culturel serait également problématique".

Planifier la rentrée : "assez de temps et d'argent perdus!"

Enfin, la relance du secteur culturel requiert aussi "une planification et des délais". "La rentrée doit se préparer dans les meilleures conditions. Programmer, promouvoir les activités culturelles de la saison 2021-2022, mettre en vente les places, signer des contrats, engager du personnel et contracter des sous-traitants, tout ceci nécessite un cadre clair et stable dès maintenant". 

"Le secteur culturel, ses associations et entreprises, ses compagnies, ses salles, ses lieux, ses prestataires techniques, ses travailleurs et travailleuses, ses personnes de soutien et les mille métiers de la culture ont déjà injustement assez perdu de temps, d’argent, d’espoir, de dignité, et de travail ! Ils ont besoin de retrouver leurs publics, les citoyens ont besoin de les retrouver."

Et le secteur culturel de conclure: "Le contexte est favorable : la vaccination a bien avancé en Belgique. Il faut s’appuyer sur cette donnée qui plaide pour une reprise des activités culturelles dans des conditions normales. Il est temps de donner à tous l’assurance de la reprise et de la relance".


Sur le même sujet