Une enveloppe de 5,4 millions pour la diffusion culturelle

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a adopté un vaste plan de soutien à la diffusion culturelle

Une enveloppe de 5,4 millions pour la diffusion culturelle
© Emilie Abad-Perick
laurence bertels

Du Centre culturel à l’Atelier Rock, de l’Athénée à l’Ecole normale, de la salle des fêtes à la salle de gym, toutes réaménagées en salles de spectacles pour les Rencontres théâtre jeune public, les festivaliers filent entre les gouttes, le nez rivé sur leur programme. Dix heures, onze heures trente, quatorze, seize, dix-huit, vingt-heures trente… Les spectacles, à raison de six par jour, s’enchaînent à un rythme cadencé. De quoi, pour les programmateurs, repartir du marché hutois d’ici quelques jours avec un panier bien rempli. Et des choix sans doute moins draconiens en perspective suite à l’annonce du grand plan de relance de la ministre de la Culture, Bénédicte Linard (Ecolo). Une enveloppe de 5,4 millions d’euros pour soutenir la diffusion culturelle tant du côté des Spectacles à l’école que des tournées Art et vie vient en effet d’être débloquée jusque fin 2023. Une manière de réduire le grand écart qui existe actuellement entre l’offre et la demande. On compte encore 52 nouvelles créations à Huy cet été. Un nombre particulièrement élevé car les Rencontres n’ont pas eu lieu l’an dernier et parce que pour la première fois depuis longtemps et par souci d’équité, les Rencontres de 2021 se font sans sélections, celles de 2020 n’ayant pu avoir lieu en raison du premier confinement.

Le plan de relance vise également à permettre à un plus grand nombre de jeunes d’avoir accès au théâtre. Il sera donc aussi désormais possible à des lieux comme des bibliothèques et des musées d’accueillir des spectacles.

Par ailleurs, la Ministre a décidé d’élargir, de manière ponctuelle et très marginale, promet-on, les bénéficiaires en octroyant de petites aides à la diffusion à des créations qui ne seraient pas passées par l’épreuve des sélections à Huy. Une nouvelle qui suscite malgré tout quelques craintes au sein des compagnies, le but de sélections étant de garantir un label de qualité pour les spectacles présentés au public scolaire...Et si une brèche venait de s’ouvrir ?