Réforme des arts de la scène : Les Engagés déplorent le manque de concertation

C'est ce mardi que le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles examine en séance plénière le projet de réforme des arts de la scène pour 2024-2028.

St.Bo.
Réforme des arts de la scène : Les Engagés déplorent le manque de concertation
©Jean-Luc Flémal

C’est ce mardi que le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles examinera en séance plénière le projet de décret modifiant le décret-cadre relatif à la reconnaissance et au subventionnement du secteur des arts de la scène, porté par la ministre Linard (Ecolo).

Pour rappel, ce texte s'ouvre à de nouveaux domaines et disciplines (humour, impro, etc.) tandis qu'il édicte de nouvelles règles pour les prochains contrats-programmes (2024-2028). En mars dernier, le secteur des arts de la scène avait déclaré être "interpellé par l'importance de la révision proposée par la ministre Linard qui relève davantage d'une refonte plutôt que d'une amélioration en vue d'une simplification et d'une clarification de certains mécanismes".

Aujourd'hui, ce sont Les Engagés qui relaient cette inquiétude. Ils déplorent "le manque de concertation et de réponses aux demandes exprimées par le secteur culturel". Or, "comme le confirme le Conseil d'État, cette consultation était obligatoire". Ils s'interrogent aussi sur le calendrier prévu : les opérateurs doivent déposer leurs demandes de contrats-programmes (nouvelles demandes et renouvellements) pour le 31 octobre, en suivant les règles du nouveau décret. "Un délai très court pour un travail sérieux", estiment-ils. Les instances d'avis devront ensuite analyser les dossiers et remettre un avis, ce qui devrait prendre plus d'un an. La ministre rendra donc les décisions fin 2023. "Les opérateurs sont ainsi contraints de préparer leur saison 2024 sans connaître le montant des subventions auxquelles ils pourront prétendre", déplorent encore Les Engagés.